Pourquoi les Bleus vont souffrir

le
0
Pourquoi les Bleus vont souffrir
Pourquoi les Bleus vont souffrir

Attention danger. Le décevant nul rapporté de Biélorussie est loin de condamner les Bleus dans leur groupe de qualification d'autant que les Suédois et les Néerlandais, leurs plus sérieux rivaux, n'ont pas réussi à se départager. Il rappelle juste à quel point l'obtention de la première place du groupe, synonyme de billet direct pour le Mondial 2018 en Russie, ne sera pas qu'une simple formalité. D'autant que les joueurs de Deschamps, vice-champions d'Europe en juillet, doivent encore corriger certaines lacunes.

 

Il manque un leadeur dans le vestiaire. Personne ne conteste l'érosion sportive de Patrice Evra. Et son absence, à 35 ans, de la dernière liste de Didier Deschamps, relève de la simple logique. Sur le terrain, Layvin Kurzawa, malgré ses imperfections défensives, représente l'avenir. Mais Evra n'a pas été remplacé dans son autre rôle. Celui invisible mais essentiel de patron de vestiaire. Trois ans plus tôt, en Biélorussie déjà (2-4), c'est lui qui avait permis aux Bleus de redresser une situation compliquée en prenant la parole à la pause. Sorte de grand frère pour les jeunes, référence pour les autres, Evra était écouté et respecté par tous et il constituait un parfait relais de Deschamps. En son absence, personne n'a pris sa succession. Hugo Lloris ou Varane ne sont ni des meneurs d'hommes ni « des aboyeurs ». Griezmann préfère régner sur la pelouse et Pogba fédère surtout dans le cercle des joueurs de sa génération. Un rassembleur en bleu, conscient de cette fonction, devra vite émerger.

 

Une efficacité offensive qui interpelle. A Borisov, les Bleus ont péché d'abord par manque d'efficacité. C'est un défaut collectif qui concerne tous les joueurs impliqués dans l'animation offensive, y compris un Griezmann encore en rodage. « Nous n'avons pas réussi à déverrouiller le bloc compact que formaient les Biélorusses, estime ainsi le milieu de terrain N'Golo Kanté. Il aurait fallu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant