Pourquoi les Bleus n'ont plus d'excuses

le
0
Pourquoi les Bleus n'ont plus d'excuses
Pourquoi les Bleus n'ont plus d'excuses

Cette fois, ils sortent de l'anonymat. Les Bleus sont de nouveau visibles, en pleine lumière, après leur tournée cachée en juin en Argentine. Au beau milieu de l'Euro de foot en France, sans leurs meilleurs éléments retenus par la fin du Top 14, les Tricolores de Guy Novès avaient enregistré une défaite (30-19) puis une victoire (27-0) face à des Pumas en phase de préparation pour le tournoi de l'hémisphère Sud.

 

Les enseignements à tirer seront plus nombreux cet automne devant les Samoans, demain à Toulouse, puis face aux Australiens et aux All Blacks les deux samedis suivants au Stade de France.

 

1 Deux semaines pour se préparer, une première

 

C'est une nouveauté et elle est de taille. Pour la première fois dans l'histoire du rugby français, une liste de trente joueurs protégés a été édifiée au terme d'une convention entre la Fédération et la Ligue nationale. Les internationaux ont ainsi été laissés à la disposition du XV de France deux semaines avant le début des tests de novembre.

 

Les Bleus n'auront donc plus d'excuses. Ils sont préservés, placés dans un cocon, tout autant que leurs adversaires. « C'est appréciable de pouvoir se préparer comme cela, indique le centre clermontois Wesley Fofana. C'est vrai que l'attente autour de nous va être d'autant plus forte. »

 

2 Guy Novès, an II

 

Le sélectionneur a pris les commandes d'une équipe traumatisée par sa déroute face aux Blacks (62-13) en quart de finale du Mondial il y a un an. Avec ses adjoints Dubois et Bru, il a tourné la page Saint-André et a commencé à construire selon sa philosophie : de l'offensive et du mouvement. Le bilan s'est avéré négatif durant la première saison (3 défaites contre l'Angleterre, le Pays de Galles et l'Ecosse dans le Tournoi) mais Novès a bénéficié de l'état de grâce du nouveau venu. Cette fois, c'est fini. Si le XV de France s'englue dans ses errements, les critiques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant