Pourquoi les banques vont revendre vos crédits immobiliers

le
8

Les emprunteurs ne s'en apercevront pas. Mais la titrisation, mise au banc des accusés après la crise des subprime, est de retour. Elle devrait inciter les banques à prêter davantage. Le Crédit agricole prépare une opération.

La titrisation fait peur depuis les subprime, mais les banques françaises y reviennent peu à peu, à l'image du Crédit agricole, qui va y recourir pour les crédits immobiliers. En elle-même, cette technique financière n'a en effet rien de diabolique. La banque se contente de mettre sur le marché, sous forme de titres, les créances qu'elle détient sur les emprunteurs.

Des fonds, d'autres banques ou des investisseurs institutionnels (français ou internationaux) par exemple vont acheter sur le marché ces titres pour profiter de la rémunération qu'ils offrent (soit peu ou prou les taux intérêts des crédits immobiliers). Mais ils en supportent aussi les risques et peuvent même tout perdre si les emprunteurs ne remboursent pas.

Les subprime qui ont déstabilisé le système financier mondial en 2007 correspondaient aux emprunts des ménages américains les plus pauvres, qui ont été pris à revers quand les prix de l'immobilier se sont effondrés aux États-Unis. La valeur totale de leur logement était devenue inférieure au capital à rembourser sur le prêt. Beaucoup ont fait défaut, et les investisseurs qui avaient acheté ces crédits titrisés ont enregistré de très lourdes pertes.

Les banques améliorent ainsi leur solvabilité

La crise financière avait donc donné, même en Europe, un coup d'arrêt à ces pratiques. Mais le Crédit agricole a de bonnes raisons d'y recourir, pour un portefeuille d'environ 11 milliards d'euros. En titrisant ces crédits, la banque verte les fait en effet sortir de son bilan. Elle améliore sa solvabilité, au regard de la réglementation européenne.

C'est pour cette raison que les autorités, notamment la Banque centrale européenne, encouragent le retour de la titrisation en Europe. Elles espèrent, si les crédits ne pèsent plus autant sur la solvabilité des établissements bancaires, que ces derniers les accorderont plus facilement. Ce qui serait bénéfique à la croissance économique. En France, la législation s'est par exemple récemment assouplie pour les assureurs, qui ont été autorisés à investir sur les crédits titrisés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2140153 le mardi 31 mar 2015 à 12:04

    C'est quand l'immobilier vacille du haut de son piédestal qu'on ressort ça. --- Étrange !? --- Affaire à suivre…

  • a.nottr1 le mardi 31 mar 2015 à 09:56

    Ne pas investir dans ce système, les pigeons seront nombreux; danger

  • jls.busy le mardi 31 mar 2015 à 09:30

    Elles n'ont plus d'Or, plus de liquidités et elles fanfaronnent, sanctions sanctions sanctions.....!!!

  • jls.busy le mardi 31 mar 2015 à 09:29

    ET c'est reparti comme en 2007... Il faut vraiment supprimer cette liberté du n'importe quoi des Banques. Elles ne font même plus leur travail de base gérer les dépôts puisqu'elles les ont bouffés...!!!

  • launor le lundi 30 mar 2015 à 20:15

    Quels genres de prêts supplémentaires pourraient elles accorder sinon à des emprunteurs moins solvables , pour ensuite refourguer le bébé à des compagnies d'assurance en panne de rendement à cause du QE de la BCE .Ces banquiers qu'ils soient centraux ou autres s'enrichissent sans rien produire d'autre que de l'inflation.

  • velka le lundi 30 mar 2015 à 20:13

    Mêmes causes mêmes effets, d'autant plus que l'immobilier en France est trop cher, Ou n'est pas adapté aux besoins.

  • lsleleu le lundi 30 mar 2015 à 20:11

    Les banques sont incorrigibles !!!

  • NORDGHAZ le lundi 30 mar 2015 à 19:48

    donc les investisseurs (institutionnels) vont gagner au départ et ensuite plonger pour etre sauvés par la bce via les banques !