Pourquoi le soccer bat plus fort à Seattle ?

le
0
Pourquoi le soccer bat plus fort à Seattle ?
Pourquoi le soccer bat plus fort à Seattle ?

S'il est une ville en Amérique du Nord où le ballon rond fait désormais intégralement partie du paysage sportif local, c'est Seattle. Stade plein et ferveur inédite : explication du phénomène avant la finale retour de Conférence Ouest face à Los Angeles Galaxy ce dimanche.
À un moment, il va bien falloir s'en rendre compte. Sortir du schéma traditionnel qui veut que le football, c'est une affaire essentiellement européenne et sud-américaine et qu'ailleurs, ça ne compte pas vraiment. Cette vision condescendante encore trop souvent la norme qui sous-entend que les autres pays du monde sont bien mignons, mais que jamais, au grand jamais, ils ne dépasseront la grandeur, le prestige, le niveau et la popularité des " historiques ". Prenons la MLS par exemple. D'accord, le niveau de jeu pratiqué y est encore bien largement inférieur, mais celui-ci progresse, petit à petit. Après tout, ce championnat n'a pas encore 20 ans d'âge Et si crampons aux pieds, ce n'est pas encore vraiment ça, c'est en tribune que les progrès sont les plus spectaculaires. Chaque saison les affluences dans les stades augmentent, pour atteindre cette saison plus de 19 000 spectateurs, talonnant notre bonne vieille Ligue 1. Désormais, le soccer est le troisième sport en la matière aux États-Unis, devant le hockey sur glace et le basket. Il y a encore dix ans, c'était du domaine du fantasme. Et si le football américain, avec ses 65 000 spectateurs de moyenne au stade, semble inatteignable, il n'est pas interdit d'imaginer en revanche que le soccer vienne à moyen terme chatouiller les affluences du baseball. Un match de MLB se dispute devant en moyenne 30 000 spectateurs. Il y a certes encore une belle marge, mais les courbes de popularité des deux sports incitent à l'optimisme.


Pour en venir aux Sounders de Seattle, c'est un exemple de réussite éclatant d'implantation du soccer dans cette région du monde. Une preuve que non, rien n'est jamais complètement figé dans le sport, ni les performances des joueurs sur le terrain, ni l'intérêt de ceux qui les regardent s'affronter. Bien sûr que la tradition nord-américaine en matière sportive ne laisse pas beaucoup de place aux disciplines " extérieures ", mais le soccer a des arguments pour squatter durablement et ne pas rester éternellement un lointain cousin dont on a un peu honte et qu'on hésite à asseoir à la table des grands. Les Sounders, donc. Cette saison, les matchs à domicile de cette franchise du Nord-Ouest des...


À un moment, il va bien falloir s'en rendre compte. Sortir du schéma traditionnel qui veut que le football, c'est une affaire essentiellement européenne et sud-américaine et qu'ailleurs, ça ne compte pas vraiment. Cette vision condescendante encore trop souvent la norme qui sous-entend que les autres pays du monde sont bien mignons, mais que jamais, au grand jamais, ils ne dépasseront la grandeur, le prestige, le niveau et la popularité des " historiques ". Prenons la MLS par exemple. D'accord, le niveau de jeu pratiqué y est encore bien largement inférieur, mais celui-ci progresse, petit à petit. Après tout, ce championnat n'a pas encore 20 ans d'âge Et si crampons aux pieds, ce n'est pas encore vraiment ça, c'est en tribune que les progrès sont les plus spectaculaires. Chaque saison les affluences dans les stades augmentent, pour atteindre cette saison plus de 19 000 spectateurs, talonnant notre bonne vieille Ligue 1. Désormais, le soccer est le troisième sport en la matière aux États-Unis, devant le hockey sur glace et le basket. Il y a encore dix ans, c'était du domaine du fantasme. Et si le football américain, avec ses 65 000 spectateurs de moyenne au stade, semble inatteignable, il n'est pas interdit d'imaginer en revanche que le soccer vienne à moyen terme chatouiller les affluences du baseball. Un match de MLB se dispute devant en moyenne 30 000 spectateurs. Il y a certes encore une belle marge, mais les courbes de popularité des deux sports incitent à l'optimisme.


Pour en venir aux Sounders de Seattle, c'est un exemple de réussite éclatant d'implantation du soccer dans cette région du monde. Une preuve que non, rien n'est jamais complètement figé dans le sport, ni les performances des joueurs sur le terrain, ni l'intérêt de ceux qui les regardent s'affronter. Bien sûr que la tradition nord-américaine en matière sportive ne laisse pas beaucoup de place aux disciplines " extérieures ", mais le soccer a des arguments pour squatter durablement et ne pas rester éternellement un lointain cousin dont on a un peu honte et qu'on hésite à asseoir à la table des grands. Les Sounders, donc. Cette saison, les matchs à domicile de cette franchise du Nord-Ouest des...


...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant