Pourquoi le Mondial des clubs est-il si important pour les Argentins ?

le
0
Pourquoi le Mondial des clubs est-il si important pour les Argentins ?
Pourquoi le Mondial des clubs est-il si important pour les Argentins ?

Independiente en 1984, River Plate en 1986, Vélez en 1994, Boca Juniors en 2000 et 2003 : bon nombre d'équipes argentines ont créé l'exploit de remporter la Copa Intercontinental, ancêtre du Mondial des clubs. Retour sur l'importance de cette compétition, avec quelques vainqueurs mythiques.

Juan est supporter de River Plate depuis son enfance. "L'héritage paternel", dit-il. Pour ce Mondial des clubs, il a parfaitement préparé son coup : "Je travaille dans le bâtiment. Dès qu'on a gagné la Copa Libertadores, j'ai annoncé à mon patron que je voulais prendre mes vacances en décembre. Il a su directement que c'était pour faire le voyage au Japon." Devant les refus constants de son boss, le socio des Millonarios a tout quitté : "Je suis allé le voir, et je lui ai dit clairement : "Vous savez que mon club passe avant tout. Et je lui ai montré mon tatouage de la Copa Libertadores." Il m'a envoyé chier. J'ai directement pris la décision de démissionner. Heureusement que je n'ai pas de femme et d'enfants, parce que je les aurais laissés aussi." Aujourd'hui, il fait donc partie des 15 000 supporters de River Plate qui vont envahir Osaka, d'abord pour la demi-finale du Mondial des clubs face à Sanfrecce Hiroshima, puis Yokohama, dans l'optique d'une finale de rêve face au FC Barcelone. Les joueurs qui ont remporté ce titre (ou la Coupe intercontinentale, ancêtre de ce petit Mondial) comprennent la folie des supporters, et la symbolique de ce titre de champion du monde. Témoignages.

Quand le Rojo bat les Reds


Les exploits sont légion. Independiente qui vient à bout de Liverpool, River qui bat le Steaua Bucarest, Boca Juniors qui surclasse le grand Real Madrid en 2000. Outre un trophée de champion du monde qui trône dans les musées des clubs, ces victoires permettent au football argentin d'un temps régner sur l'européen. Jorge Burruchaga, ancien milieu de terrain d'Independiente, a soulevé la fameuse Copa Intercontinental, en battant le Liverpool de Kenny Dalglish et Ian Rush, en 1984. Dans une interview pour So Foot, il donnait une dimension politique à cette victoire, comme une "revanche" de la guerre des Malouines : "C'était le premier match d'après-guerre entre Argentins et Anglais. Ça a été toute une histoire, d'ailleurs. Le président argentin, Alfonsin, et le Congrès ne voulaient pas que l'on aille jouer ce match au Japon. On a dû aller nous-mêmes mettre la pression, expliquer qu'il s'agissait d'une grande possibilité pour nous, qu'on avait gagné le droit de disputer ce match, qu'il ne fallait pas mélanger le foot et…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant