Pourquoi le football est-il meilleur que Facebook ?

le
0
Pourquoi le football est-il meilleur que Facebook ?
Pourquoi le football est-il meilleur que Facebook ?

Ce jeudi, cela fait 31 ans que Karen Kempner a donné la vie à un certain Mark Zuckerberg. Cela fait également plus de sept ans que la semi-invention de l'ancien de Harvard vous pourrit la vie. Alors que le foot lui

Ca n'a pas loupé. Vous le saviez, au moment d'aller déjeuner avec quelqu'un d'autre que vos collègues, mais vous avez trop envie de croire en l'être humain pour être méfiant. Du coup, vous êtes naïf et au fond, c'est très bien comme ça. "C'est le jeu". De retour dans l'open-space, les regards lourds se portent vers votre ordinateur. A cause de vos parents, qui ont eu la mauvaise idée du vous mettre au monde dans ce petit coin de France, vous êtes le seul supporter de Lorient dans un bureau essentiellement parisien. Un peu plus depuis l'arrivée de ce bon Nasser, d'ailleurs. Prêt à bosser, vous posez votre derrière sur votre chaise et l'onglet Facebook indique un (7), soit votre nombre de "notifications". La dernière fois que vous en aviez eu autant, c'était le jour de votre anniversaire. Et encore, ce n'était même pas votre anniversaire, puisque vous aviez mis une date au hasard lors de l'inscription et depuis, quelques imbéciles vous souhaitent vos 32 ans le 1er décembre alors que vous avez eu 26 ans le 3 mai. En fait, ces sept "likes", ce sont juste les sept idiots qui, menés par un idiot en chef, vous ont mis Thiago Silva en photo de profil et la tribune Auteuil de la belle époque en photo de couverture. Oui, Facebook, c'est parfois potache donc parfois drôle. Mais malgré les bonnes vannes grâce au ballon rond, la création de Mark Zuckerberg n'arrive pas à la cheville de l'immense football.

Le voleur et la destruction de la famille


Création, le terme est un peu fort. Pendant que le football tâtonnait pour trouver ses règles entre Oxford, Cambridge et l'Ecosse au milieu du XIXème siècle - un truc d'esthète, quoi - Mark lui, spoliait une idée à deux frangins champions d'aviron. Ca vous classe un homme. Un homme qui finit par verser 65 millions de dollars à ses anciens camarades qui bossaient sur un réseau social appelé "Harvardconnection" dont Facebook s'est largement inspiré. Des connections, Sepp Blatter en a un certain nombre. Patron du football mondial, le Suisse n'est pas le boss du deuxième site le plus visité au monde. Il est l'un des boss du monde. Un type qui n'a pas besoin d'entrer dans votre vie privée pour se la couler douce. Un type qui préfère vendre un Mondial au Qatar plutôt que vos données personnelles. Un type qui vous fout la paix, quoi. À vous et à vos proches. Car Facebook, ce n'est pas qu'une histoire de collègue. C'est…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant