Pourquoi le football est-il meilleur qu'Ikea ? .

le
0
Pourquoi le football est-il meilleur qu'Ikea ? .
Pourquoi le football est-il meilleur qu'Ikea ? .

Le dimanche n'est pas le jour du seigneur. La preuve, quand certains veulent passer la journée à regarder du foot, d'autres veulent aller chez IKEA. La vraie définition de l'enfer.Dante a beau avoir schématisé les enfers en son temps lointain, le génie toscan aurait du pain sur la planche pour rattraper le retard accumulé en presque 700 ans. Aujourd'hui, le couple moderne se moque de la Divine Comédie, lui préférant la splendide tragédie le temps d'un jour par semaine: celui que l'on appelle le jour du Seigneur. Le dimanche, quoi. L'enfer étant un truc assez désagréable, on l'affronte généralement les fesses soigneusement rangées dans du coton de première qualité. Oui, le septième jour de la semaine a cela de bon qu'il est le seul où le port du jogging est validé. Sa seule qualité, au fond, puisque le jour du Seigneur est généralement celui des embrouilles. La faute au brunch beaucoup trop cher, peut-être. Un problème de centre d'intérêt, plus certainement. Monsieur, le relou, veut regarder du football de 13h45 à 23h - le forfait sans l'équipe du dimanche, sympa. Madame, la raisonnée, veut aller prendre l'air. L'air pur d'un endroit renfermé, celui de votre pire cauchemar : " Ca te dirait pas d'aller à IKEA, chéri? ". Ah, IKEA. Une épopée qui brise autant de couple que le football. 0-0. Le match peut commencer. Balle au centre commercial.
Le labyrinthe à la Guardiola
La différence entre une procession et un chemin de croix est essentielle pour comprendre la supériorité du football sur l'enseigne de mobilier. Galérer pour aller au stade, être serré dans les transports, subir les mauvaises odeurs le temps d'un interminable mais passionnant trajet, tout cela fait partie d'un rite. Se rendre à IKEA, c'est juste un échauffement aux vacances d'été, sans bison futé. Même les petits malins qui pensent la jouer fine en s'y rendant pendant la semaine finissent par constater qu'ils ne sont pas les seuls chômeurs à avoir envie de claquer un RSA dans un vide poche en forme de baleine et une chaise de bureau. La foule fendue jusqu'à l'écriteau jaune et bleu, vient le temps de ranger votre conscience dans un coffre-fort et de devenir un mouton. Il paraît que le football est de plus en plus lisse, que tout est truqué d'avance - même les matchs de Ligue 2, et que les dirigeants traitent les supporters avec mépris. A Ikea, c'est encore pire. On corrompt vos mômes avec des crayons à papier en bas d'un escalator. Un crayon beaucoup moins authentique que le stylo bic " Rapido " avec lequel vous remplissez vos Parions Sport. Au vrai, vous ne le savez pas encore, mais vous venez de rentrer dans un...

Dante a beau avoir schématisé les enfers en son temps lointain, le génie toscan aurait du pain sur la planche pour rattraper le retard accumulé en presque 700 ans. Aujourd'hui, le couple moderne se moque de la Divine Comédie, lui préférant la splendide tragédie le temps d'un jour par semaine: celui que l'on appelle le jour du Seigneur. Le dimanche, quoi. L'enfer étant un truc assez désagréable, on l'affronte généralement les fesses soigneusement rangées dans du coton de première qualité. Oui, le septième jour de la semaine a cela de bon qu'il est le seul où le port du jogging est validé. Sa seule qualité, au fond, puisque le jour du Seigneur est généralement celui des embrouilles. La faute au brunch beaucoup trop cher, peut-être. Un problème de centre d'intérêt, plus certainement. Monsieur, le relou, veut regarder du football de 13h45 à 23h - le forfait sans l'équipe du dimanche, sympa. Madame, la raisonnée, veut aller prendre l'air. L'air pur d'un endroit renfermé, celui de votre pire cauchemar : " Ca te dirait pas d'aller à IKEA, chéri? ". Ah, IKEA. Une épopée qui brise autant de couple que le football. 0-0. Le match peut commencer. Balle au centre commercial.
Le labyrinthe à la Guardiola
La différence entre une procession et un chemin de croix est essentielle pour comprendre la supériorité du football sur l'enseigne de mobilier. Galérer pour aller au stade, être serré dans les transports, subir les mauvaises odeurs le temps d'un interminable mais passionnant trajet, tout cela fait partie d'un rite. Se rendre à IKEA, c'est juste un échauffement aux vacances d'été, sans bison futé. Même les petits malins qui pensent la jouer fine en s'y rendant pendant la semaine finissent par constater qu'ils ne sont pas les seuls chômeurs à avoir envie de claquer un RSA dans un vide poche en forme de baleine et une chaise de bureau. La foule fendue jusqu'à l'écriteau jaune et bleu, vient le temps de ranger votre conscience dans un coffre-fort et de devenir un mouton. Il paraît que le football est de plus en plus lisse, que tout est truqué d'avance - même les matchs de Ligue 2, et que les dirigeants traitent les supporters avec mépris. A Ikea, c'est encore pire. On corrompt vos mômes avec des crayons à papier en bas d'un escalator. Un crayon beaucoup moins authentique que le stylo bic " Rapido " avec lequel vous remplissez vos Parions Sport. Au vrai, vous ne le savez pas encore, mais vous venez de rentrer dans un...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant