Pourquoi le foot français a besoin d'un OM fort

le
0
Pourquoi le foot français a besoin d'un OM fort
Pourquoi le foot français a besoin d'un OM fort

Le tant attendu et inespéré rachat de l'OM ne constitue pas qu'un soulagement pour les supporters du Vélodrome. Il excite aussi l'ensemble du foot français, qui n'en a pas dormi depuis. Que ce soit à travers le monde ou dans l'hexagone, malgré les résultats décevants, le club demeure une des marques les plus connus et bankable de notre championnat, qui a bien besoin de rayonner à l'heure de l'internationalisation des droits télés. Mais l'OM est-il finalement toujours aussi indispensable pour que notre pays revienne dans le big five voire le big four de l'UEFA ?

C'est un fait, dorénavant, le foot constitue avant tout une affaire économique, un gros machin capitaliste avec quelques petits bugs dans le logiciel (transferts aux chiffres irrationnels, déficits chroniques, salariés surpayés,etc..) Le football d'ajourd'hui est fait de bilans financiers. Or, particularité qu'il partage avec le cinéma ou la musique, pour être rentable ou simplement se vendre, il lui faut aussi une assise sociale, un substrat historique, bref un supplément d'âme. C'est bel et bien dans ce dernier registre que l'Olympique de Marseille s'est toujours vanté de posséder un capital culturel unique, face à ses principaux concurrents de Ligue 1. Principalement le PSG et l'Olympique Lyonnais, ravalée un peu méchamment au rang de "créations" purement monétaires, donc artificielles. À cela s'ajoutait longtemps un palmarès incontestable, et régulièrement augmenté d'une ligne ou deux sur la fiche wikipedia, avec en point d'orgue cette fameuse champions league de 1993 qui nous oblige chaque année à supporter les rodomontades bronzées aux UV de Bernard Tapie. "On parle toujours de l'OM car il est indéniable que ce club, par son histoire et l'engouement de ses supporters, reste une place forte du football français, explicite Christophe Lepetit, économiste du sport au CDES de Limoges. Et forcément un OM au sommet, c'est l'assurance de belles affiches, qui font parler les médias et passionnent les supporters..." "L'OM continue d'ailleurs de facilement susciter les passions. Le passage de Bielsa a démontré à quel point il suffisait de peu pour raviver la flamme", rajoute Ludovic Lestrelin, Maître de conférences à l'Université de Caen Normandie, auteur de L'autre public des matchs de football. Sociologie des supporters à distance de l'Olympique de Marseille (EHESS).

Perte de vitesse


Néanmoins, hormis cette embellie argentine, depuis le dernier titre en 2010, la descente aux enfers de l'OM semblait vertigineuse. Jusqu'à craindre une relégation quasi blasphématoire la saison dernière. Aujourd'hui, lorsque Marseille reçoit Lorient dans un vélodrome taillé et construit (chèrement par le contribuable) pour les parcours européens, c'est une…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant