Pourquoi le banc de touche du Milan est si instable ?

le
0
Pourquoi le banc de touche du Milan est si instable ?
Pourquoi le banc de touche du Milan est si instable ?

Lors de ses 28 premières années à la tête du club, Silvio Berlusconi n'avait licencié que quatre entraîneurs : Liedholm, Tabárez, Terim et Zaccheroni. Quatre, c'est aussi le nombre de coachs qu'il a lourdés depuis janvier 2014. Le Cavalier deviendrait-il un vulgaire Zamparini ?

  • Parce que les résultats légitiment ces changements


    Berlusconi vieillit mal, mais il n'est pas non plus devenu complètement sénile. Tous les entraîneurs virés ont payé les mauvais résultats. Lorsqu'Allegri saute, il a engrangé 22 points en un demi-championnat (moyenne de 1,15), Inzaghi ne fait guère mieux avec 51 points sur toute une saison (1,37), tandis que le bilan définitif de Mihajlović est de 49 unités soit 1,53 point par match. Reste Seedorf, 35 points en une demi-saison il y a deux ans, le meilleur score et de loin (1,84), mais qui n'a fait gagner que trois positions au club pour une 8e place finale. La moyenne de la moyenne est donc de 1,38 point récolté. Projeté sur une saison entière, cela donne un score de 52 unités qui vaut généralement un classement autour du 10e rang. Trois ans donc que le Milan vaut le ventre mou de la Serie A. Les mathématiques ne sont pas une opinion dit un vieux proverbe italien.

    Mihajlović viré du Milan
  • Parce que Berlusconi a perdu son flair


    Sacchi entraîneur de Parme alors en Serie B et très loin de devenir un ogre européen, Capello reconverti dirigeant à la Polisportiva Mediolanum. Deux des plus grands coachs que ce sport ait connu sont le fruit d'incroyables intuitions du Cavalier. Quand le premier est choisi en 1987, tout le monde imagine qu'il va se casser la gueule. Quand le second lui succède quatre ans plus tard, personne ne pense pas qu'il sera à la hauteur. Résultats : une moisson de succès et d'accessits jamais égalés dans l'histoire du club voire du foot, et avec la manière. Le père Silvio avait vu juste, moins pour leurs retours complètement foireux, mais cela n'entache pas vraiment leur bilan. Ainsi, pour relancer le club ces dernières années, il tente d'autres coups de poker avec Inzaghi (deux ans chez les jeunes) et Seedorf (tout juste retraité). De l'impro, beaucoup de com' et des profils inadaptés à la…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant