Pourquoi la Suède n'en a jamais voulu

le
0
Après avoir mis en place une «expérience libérale» de 1965 à 1967, le pays a décidé d'abandonner et de recourir à la sanction.

En Suède, l'objectif est clair: celui d'une société sans drogue. L'État scandinave respecte de façon stricte les exigences établies dans les trois conventions des Nations unies sur les drogues, et les dépasse même parfois. Il a d'ailleurs le niveau le plus bas d'utilisation de drogue de l'Union européenne. Ses performances en matière de taux de criminalité, de maladies, de problèmes médicaux et sociaux résultant de la dépendance place également Stockholm en tête des statistiques européennes.

En 1965, le pays aux longs hivers, durant lesquels de nombreux habitants dépriment, met en place une «expérience libérale». Mais deux ans suffisent pour décrédibiliser complètement l'approche de la légalisation. Alors qu'en 1965 20% des personnes arrêtées étaient des toxicomanes, ce nombre a pratiquement doublé en 1967.

En 1968, place ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant