Pourquoi la série du Real Madrid va s'arrêter ce soir à Almería.

le
0
Pourquoi la série du Real Madrid va s'arrêter ce soir à Almería.
Pourquoi la série du Real Madrid va s'arrêter ce soir à Almería.

19 victoires consécutives, c'est un record pour le football espagnol. Avec un dernier déplacement de l'année à Almería, le Real Madrid ne devrait faire qu'une bouchée du 17e de Liga. Et pourtant, ce soir, la série va s'arrêter. Voilà pourquoi.

  • Parce qu'Almería repart sur un nouveau projet Un petit 5-2 encaissé à Eibar, et voilà Almería qui change d'entraîneur. Après une série de huit matchs sans victoire (six défaites et deux nuls), la direction du club andalou a donc décidé de se séparer de Francisco Javier Rodríguez Vílchez. Normal. Premier non-relégable de Liga, Almería est un habitué de la seconde partie de classement. L'an dernier, déjà, le plus jeune coach du championnat espagnol (35 piges au compteur) avait connu une autre série noire de dix matchs sans le moindre succès. Il avait sauvé son scalp par un succès homérique face à Valence. Moins patient cette saison, son président l'a remercié. Toujours sans coach fixe, Almería aborde ce choc des extrêmes dans la plus grande inconnue. Et c'est tant mieux. Comme l'a prédit Carlo Ancelotti, "quand un entraîneur est changé, les joueurs assument plus de responsabilités". La bande à Thievy Bifouma a donc les crocs. Et devra se prendre en main et faire preuve d'une folie absente chez les adversaires des Madridistas. Allez les locos.

  • Parce qu'Almería a battu le Real en 2008 Formé au Real Madrid, Álvaro Negredo est le dernier joueur de l'Union à avoir offert une victoire à Almería face aux Merengues. C'était un 2 février 2008 et le gamin de Vallecas avait inscrit le but du 2-0 à la 47e minute. Depuis, un gouffre de huit matchs sans prendre les trois points face au Real Madrid. Pis, le club andalou a encaissé la bagatelle de 17 buts lors de ses trois dernières rencontres face à l'ogre de la capitale. Le 21 mai 2005, le Santiago-Bernabéu avait ainsi vécu la plus belle branlée entre les deux clubs : un 8-1 avec un triplé d'Adebayor, des doublés de Cristiano Ronaldo et Benzema et un dernier pion de Joselu. Loi des séries oblige, elle est proche de la fin – prends ça Philippe Doucet. Forcément, ce jeudi 12 décembre sonnera le glas de la domination des Galactiques 2.0. Peter Lim, en bon visionnaire du marché des transferts, serait même prêt à refiler Alvaro et sa dégaine de fan de Makina à Almería pour la rencontre.

  • Parce que le Real Madrid ne peut compter sur l'homme le plus sexy de 2014 Cristiano Ronaldo et ses pots de Vivelle Dop ne soutiennent pas la comparaison. James Rodríguez, homme le...




  • Parce qu'Almería repart sur un nouveau projet Un petit 5-2 encaissé à Eibar, et voilà Almería qui change d'entraîneur. Après une série de huit matchs sans victoire (six défaites et deux nuls), la direction du club andalou a donc décidé de se séparer de Francisco Javier Rodríguez Vílchez. Normal. Premier non-relégable de Liga, Almería est un habitué de la seconde partie de classement. L'an dernier, déjà, le plus jeune coach du championnat espagnol (35 piges au compteur) avait connu une autre série noire de dix matchs sans le moindre succès. Il avait sauvé son scalp par un succès homérique face à Valence. Moins patient cette saison, son président l'a remercié. Toujours sans coach fixe, Almería aborde ce choc des extrêmes dans la plus grande inconnue. Et c'est tant mieux. Comme l'a prédit Carlo Ancelotti, "quand un entraîneur est changé, les joueurs assument plus de responsabilités". La bande à Thievy Bifouma a donc les crocs. Et devra se prendre en main et faire preuve d'une folie absente chez les adversaires des Madridistas. Allez les locos.

  • Parce qu'Almería a battu le Real en 2008 Formé au Real Madrid, Álvaro Negredo est le dernier joueur de l'Union à avoir offert une victoire à Almería face aux Merengues. C'était un 2 février 2008 et le gamin de Vallecas avait inscrit le but du 2-0 à la 47e minute. Depuis, un gouffre de huit matchs sans prendre les trois points face au Real Madrid. Pis, le club andalou a encaissé la bagatelle de 17 buts lors de ses trois dernières rencontres face à l'ogre de la capitale. Le 21 mai 2005, le Santiago-Bernabéu avait ainsi vécu la plus belle branlée entre les deux clubs : un 8-1 avec un triplé d'Adebayor, des doublés de Cristiano Ronaldo et Benzema et un dernier pion de Joselu. Loi des séries oblige, elle est proche de la fin – prends ça Philippe Doucet. Forcément, ce jeudi 12 décembre sonnera le glas de la domination des Galactiques 2.0. Peter Lim, en bon visionnaire du marché des transferts, serait même prêt à refiler Alvaro et sa dégaine de fan de Makina à Almería pour la rencontre.

  • Parce que le Real Madrid ne peut compter sur l'homme le plus sexy de 2014 Cristiano Ronaldo et ses pots de Vivelle Dop ne soutiennent pas la comparaison. James Rodríguez, homme le...





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant