Pourquoi la réforme fiscale n'aura pas lieu

le
2
Lancée il y a un mois par Jean-Marc Ayrault, la «remise à plat de la fiscalité à prélèvements constants» semble déjà très compromise. François Hollande a pris ses distances, Bercy fait de la résistance et, dans la majorité, certains plaident désormais pour une baisse des impôts.

«La réforme fiscale? Elle est quasiment terminée. On la boucle cet après-midi!» Mardi, un conseiller de Bercy, hilare, lâchait cette phrase assassine. Il n'est pas mécontent de voir se dégonfler le projet de remise à plat de la fiscalité annoncé le 19 novembre par Jean-Marc Ayrault, sans consultation préalable des ministres concernés. Plus les jours passent, plus elle semble amputée et reportée aux calendes grecques. En l'espace de quatre semaines, François Hollande l'a grandement circonscrit, appuyant à dessein sur la pédale de frein.

En novembre, Ayrault visait 2015 quand Hollande jugeait que la réforme «prendra le temps nécessaire, c'est-à-dire le temps du quinquennat». La sem...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JERIKAE2 le lundi 30 déc 2013 à 19:04

    rester dans le fromage voila ce qu ils veulent et ils feront tout pour

  • bearnhar le dimanche 29 déc 2013 à 08:59

    Ils avaient causé de plein de choses, comme l'obsolescence programmée, le choc de simplification, etc...Pour causer, ils causent, comme les précédents, tant qu'il n'y a aucune obligation de résultat dans le contrat de travail du politique, et bien il blablatte et il fait ce qu'il veut, avec notre argent, c'est plus drole qu'avec le leur.Cadeau pour l'Humanité, 4 millions d'€, elle est pas belle la vie ?