Pourquoi la fréquentation de Disneyland a chuté

le
2

En deux ans, le parc de Marne-la-Vallée a perdu pas loin de 2 millions de visiteurs. Des mauvais résultats qui s'expliquent par la crise mais pas uniquement.

D'après les derniers chiffres communiqués par Euro Disney, la saison 2014 (close le 30 septembre) devrait se solder par une fréquentation comprise entre 14,1 et 14,2 millions de visiteurs. C'est 700.000 à 800.000 personnes de moins que l'année précédente, qui avait déjà vu les amateurs de Mickey perdre 1 million de fan. Comment en est-on arrivé là?

o Le public français, majoritaire, est le plus sensible à la criseEn 2013, la clientèle française pesait encore 51 % des visiteurs, bien loin devant les Britanniques (14 %), les Espagnols (8 %), les Belges et les Néerlandais (6 % chacun). Comme c'est le cas dans d'autres secteurs d'activité, la clientèle française est la plus impactée par le mauvais climat économique et souvent la plus prompte à restreindre ses dépenses. L'argument est cependant un peu court car bon nombre des concurrents de Disney, même s'ils se trouvent très loin derrière le géant des parcs d'attractions, ont réalisé une très bonne saison. Le Puy du Fou vient ainsi de battre son record pour frôler les 2 millions de visiteurs, le Parc Astérix et le Futuroscope ont enregistré de bon chiffres cette année et un peu plus loin de nous, en Allemagne, le n°2 européen Europa Park en chaîne les records et devrait dépasser les 5 millions de visiteurs cette année.

o Le ticket moyen est élevéLa clientèle est d'autant plus sensible à la conjoncture lorsque le ticket moyen est élevé. Or chez Disney, la dépense moyenne par visiteur augmente régulièrement. Elle s'élevait à 48,14 euros par personne l'an dernier et devrait se situer entre 50,5 et 51 euros cette année. Une bonne partie de la clientèle de proximité ne peut pas s'offrir du divertissement à ce tarif et se replie donc vers des parcs moins coûteux.

o Les hôtels font moins le pleinC'est l'un des chiffres préoccupant fourni par Euro Disney. Le taux d'occupation de ses hôtels continue à baisser. Alors que le parc affichait un triomphal 87,1% en 2011, il devait se contenter de 79,3% en 2013 et 75 à 76% cette année. Une vraie contre-performance qui explique peut-être que le nouveau patron du parc, Tom Wolber, soit un spécialiste de l'hébergement qui a notamment été en charge des hôtels du parc de Floride et de la compagnie de croisière Disney cruise lines.

o Les attractions se renouvellent trop peu Certes la méga-attraction familiale Ratatouille a ouvert ses portes cet été et pourrait, à terme, drainer un nouveau public. Mais comparé à la concurrence, les investissement sont tellement pharaoniques qu'ils empêchent un renouvellement régulier, plébiscité par la clientèle. On parle ainsi de 200 millions d'euros investis par Disney sur sa dernière attraction là où la plupart des concurrent dépasse rarement la dizaine de millions. Le n°2 européen, Europa Park, vient ainsi de battre son record en misant 25 millions d'euros sur une attraction basée sur l'univers d'Arthur et les Minimoys.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berco51 le mercredi 15 oct 2014 à 04:14

    Attendre une demi heure pour 5 mn ce n'est pas pour moi.

  • denisam1 le lundi 6 oct 2014 à 14:23

    Demandez à mon petit fils ( 6 ans ) sa réponse """ on fait rien que perdre du temps pour monter dans les manèges """et après faut descendre !!!! c'est pas bien !!!!