Pourquoi la filière porcine française n'y arrive plus

le , mis à jour le
10
Les producteurs de porcs ne veulent pas d'un prix inférieur à 1,40 euro le kilo.
Les producteurs de porcs ne veulent pas d'un prix inférieur à 1,40 euro le kilo.

La crise de la filière porcine bat son plein. Jeudi après-midi, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a réuni les acteurs de la filière dans l'espoir de mettre fin au boycott du Marché du porc breton de Plérin, en Bretagne, par deux acheteurs majeurs, la Cooperl et Bigard-Socopa. Si les cotations de la viande de porc vont reprendre mardi sur cette plateforme des Côtes-d'Armor, qui oriente normalement les prix de vente dans toute la France, le problème de fond de la filière française, celui de la compétitivité, reste entier. Explications.

Lire aussi : Le marché du porc de Plérin, comment cela fonctionne-t-il ?

Avec une facture de 1,404 euro par kilo de porc (le prix négocié mi-juin pour soutenir les producteurs), les industriels se plaignent de ne pas être compétitifs face à leurs concurrents européens, d'autant qu'ils subissent aussi la pression de la grande distribution pour baisser leur prix de revente. Selon la Cooperl, le kilo de porc produit aux Pays-Bas coûte 38 centimes de moins et 28 centimes de moins en Allemagne.

Une industrie de l'abattage morcelée

Si l'embargo russe sur la viande de porc n'a rien arrangé, les difficultés des industriels ne sont pas nouvelles. En 2012, un rapport commandé par le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, décrivait une filière porcine entrée en « léthargie », avec une érosion de la production française alors que celle des principaux ...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4536974 le mardi 18 aout 2015 à 15:16

    En conclusion: leur modèle n'est plus adaptée aux choix des consommateurs et leur produit a quasi 0 valeur ajoutée (le porc c'est la viande pas chere...). Comme de nombreuses entreprises, la filière porcine découvre la concurrence...............trop tard.

  • m1234592 le lundi 17 aout 2015 à 20:21

    « De 2008 à 2012, le problème de compétitivité s'est fortement dégradé sur le critère du coût du travail », reconnaît Stéphane Le Foll. Décidément La Foll patauge dans le lisier ou il compte de mai 2012 à décembre 2012. Et de 2012 à 2015 il croit que les usines à gaz CICE et autres modalités abracadabrantesques ont compensés les hausses d'impôt et de taxes ?

  • m1234592 le lundi 17 aout 2015 à 20:11

    MN Lieneman la passonaria de la gauche de la gauche l'a dit : les agriculteurs français ne réutilisent pas leurs déchets autant que les allemands ! Qu'attendez-vous pour lui livrer une citerne de lisier dans son salon ?

  • m1234592 le lundi 17 aout 2015 à 20:06

    je m'interroge encore, je suis bête, mais bête ... parfois ... Qui prétend que la traçabilité de la viande de porc n'est pas possible ? Ils l'ont fait pour le boeuf et il suffit de rajouter une contrainte utile pour les transformateurs : "fabriqué avec 90% minimum de viandes françaises".

  • m1234592 le lundi 17 aout 2015 à 19:58

    Je me répète peut-être encore ... l'écotaxe est une excellente solution à bien des égards. Elle ne crée pas de distorsion de concurrence entre les Transports français et étrangers mais en plus utilisée intelligemment (on peut rêver avec ces ....) elle permettrait de renvoyer TOUS les camions sur les autoroutes. Sans parler du financement des infrastructures. Ils vont mettre combien de temps ces lamentables du gvt pour se rendre compte de ses avantages et bouffer leur chapeau ?

  • m1234592 le lundi 17 aout 2015 à 19:54

    Je me répète peut-être ... l'écotaxe est une excellente solution (pas la seule) pour renchérir la viande de porc importée sans que Bruxelles y trouve à redire. Et si le porc fait deux fois le trajet ....

  • nayara10 le lundi 17 aout 2015 à 19:46

    Les éleveurs Français produisent de la qualité.Le problème de la France qui se croit sur une Île imprenable,ne veut pas admettre que ses TAXES et Impôts coulent TOUT....Messieurs soyez réalistes .Quand le Barile de pétrole sera 35 $ d'ici peu .Verrez-vous une baisse signifiante ,de tout ce qui sera lié au Pétrole ????...

  • sebclair le lundi 17 aout 2015 à 19:30

    Et si cette crise était une occasion de se réinventer !En lançant une -encore- plus grande intensitivité pour gagner en compétitivité face aux compétiteurs étrangers, d'une part, et une montée en qualité pour répondre à une croissante attente des consommateurs, d'autre part. Entre les deux, certains devront évoluer vers d'autres activités.Des mesures ciblées pourront accélérer la transformation afin d'aboutir, dans les cinq à dix ans, à un nouvel équilibre plus résilient et plus pérenne.

  • M2286010 le lundi 17 aout 2015 à 19:17

    "Une réunion dans le but de mettre fin au boycott..." Il a bonne mine le ministre, les 2 principaux acheteurs, Cooperl et Bigard (+ de 40% des achats à eux deux), ont décliné l'invitation... Cette "réunion" ne servira donc strictement à rien, sauf à montrer que le ministre s'occupe du dossier ! (très important pour ce gouvernement de "bras cassés".

  • spcmg71 le lundi 17 aout 2015 à 19:12

    le consommateur, français, est le premier coupable. S'il veut acheter toujours plus, toujours moins cher, les produits et services ne peuvent évidemment pas venir de france.