Pourquoi la Chine a investi en Franche-Comté ?

le
0
Pourquoi la Chine a investi en Franche-Comté ?
Pourquoi la Chine a investi en Franche-Comté ?

Après l'accord de vente officialisé entre les groupes PSA et chinois Ledus pour le rachat du FC Sochaux-Montbéliard, les fans des Lionceaux se demandent ce que vont devenir Bonal, le blason au lion et les valeurs maison. Le nouveau proprio va-t-il tout révolutionner ? Les fidèles oscillent entre amertume et envie d'y croire.

Un an. À peine une foutue année. C'est le très court laps de temps nécessaire au FC Sochaux-Montbéliard pour voir voler en éclat une partie de sa raison d'être : son record de longévité dans l'élite – 66 saisons consécutives – et sa filiation avec la marque au lion, Peugeot, dans un modèle précurseur à sa création, avec un club et une entreprise imbriqués, à l'image de ce stade collé aux usines PSA. Une relégation et une cession à un groupe chinois plus tard, c'est tout un pan de l'histoire du club dont on tourne la page. Avec la prise de contrôle par un groupe coté à Hongkong et spécialisé dans la fabrication de systèmes d'éclairage Led, tout d'un coup, qu'elles semblent poussiéreuses toutes ces anecdotes sur la déportation et la mort en martyr d'Auguste Bonal, avec la complicité du fondateur d'une autre marque de renommée mondiale, Ferdinand Porsche, sur la personnalité de Jean-Pierre Peugeot et sur ses joueurs-salariés ou même sur les années fastes des Paille, Sauzée, Bats et autres. En Franche-Comté, on n'est pas loin de penser que le foot, c'était mieux avant.

" Ledus ne se paye pas une danseuse"


"Je regrette énormément que le club sorte du giron de Peugeot. Heureusement, on voit que nos p'tits jeunes se sont encore qualifiés contre le PSG pour la finale de la Gambardella face à Lyon." Président historique des dernières années fastes du club doubiste, Jean-Claude Plessis tente de se rassurer et de rassurer les fidèles des lionceaux. Comme bien des supporters, il l'a mauvaise de voir cette histoire stoppée nette. À l'image de Fabrice Lefèvre, président depuis 2007 de l'association Planète Sochaux, dont le forum sur le web génère 2000 connections par jour : "Pour nous tous, c'était impensable que ça s'arrête entre Sochaux et Peugeot. On oscille entre amertume et colère. Colère à l'égard de PSA et Carlos Tavarez. Et amertume et déception avec la famille Peugeot. Même si elle était minoritaire depuis l'entrée au capital de PSA de Dongfeng et de l'État en 2014, on n'a pas la sensation qu'elle nous ait entendue ou qu'elle se soit démenée pour éviter ça. On n'a pas envie de voir tous les symboles constitutifs du club voler en éclats, que ce soit les couleurs, le blason avec le lion, le nom du stade..."

"Ledus ne se paye pas une danseuse"


Au pays de l'emmental, on en a gros sur…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant