Pourquoi la Bourse n'aime toujours pas le foot ?

le
0
Pourquoi la Bourse n'aime toujours pas le foot ?
Pourquoi la Bourse n'aime toujours pas le foot ?

Football et finance. Sur le papier, c'était alléchant. D'ailleurs, c'était la grande mode à la fin des années 90. Mais aujourd'hui, la plupart des clubs ont mis ça sous le tapis, voire complètement abandonné le projet.

Loin des poutres de cocaïne, des transactions de Kerviel et du Loup de Wall Street, aujourd'hui, les places financières du football sentent bon le grenier et s'étouffent sous la poussière. Indices au plus bas, actionnaires en fuite et recherche de solutions alternatives. Rien ne va plus. À la base pourtant, ça semblait être une idée de génie. Un moyen révolutionnaire pour lever des fonds. Les premiers à s'être lancés là-dedans, ce sont les dirigeants de Tottenham en 1983. Suivis de très près par la Juve, la Lazio, la Roma, l'Ajax et Manchester United. En tout, trente-sept clubs européens fument le cigare dans ce cercle privé à l'aube du XXIe siècle. Aujourd'hui, il y en a tout juste vingt. Preuve que la Bourse n'aime pas du tout le foot. Mais alors pas du tout.

Le cadeau Batigol


Pour Boris Helleu, maître de conférence à la faculté de Caen, il y a d'abord deux raisons à l'introduction en Bourse : "La première, c'est que le club va organiser une levée de fonds pour investir dans des joueurs. Les actionnaires payent, on peut acheter des nouveaux joueurs, gagner des titres et donc gagner plus d'argent." Si la stratégie a notamment fonctionné pour la Roma qui a pu offrir Batistuta à ses tifosi pour 35 millions d'euros et gagner un Scudetto dans la foulée, elle est trop souvent hasardeuse. Car rien ne dit que l'investissement pourra être rentable. "La deuxième stratégie, c'est une diversification d'activité. C'est ce qu'a voulu faire Lyon en 2007. Avec l'introduction en Bourse, ils ont pu construire leur stade."

Mais là encore, la relation entre les deux mondes est trop fragile. Bastien Drut, spécialiste de l'économie du sport : "Lyon n'a pas perdu d'argent, mais les gens qui ont acheté des actions ont perdu de l'argent. Ils ont joué de malchance. Ils ont eu des problèmes lors de la construction, ça a retardé les recettes du nouveau stade et donc la confiance s'est un peu perdue." D'ailleurs, en huit ans, la valeur de l'action OL a été divisée par quatre. Aujourd'hui, elle se porte mieux, mais pas encore de quoi décrocher un tweet à Jean-Michel Aulas.

L'exception turque


En fait, si la Bourse rejette autant le football, si les clubs français ne veulent pas se jeter à l'eau, il y a trois grandes explications à ça. Boris Helleu : "La première, c'est que la performance…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant