Pourquoi la BCE adresse un avertissement à Athènes

le
9
Le président de la BCE, Mario Draghi, n'entend pas relâcher la pression sur la Grèce.
Le président de la BCE, Mario Draghi, n'entend pas relâcher la pression sur la Grèce.

C'est un véritable coup de tonnerre sur la Grèce d'Alexis Tsipras. Un de ces avertissements que l'on ne prend pas à la légère. Mercredi soir, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé qu'elle n'accorderait plus de régime de faveur aux banques grecques. Jusque-là, en contrepartie du respect d'un programme d'ajustement supervisé par le FMI, la Commission européenne et la BCE elle-même (la fameuse troïka), les banques pouvaient apporter de la dette souveraine grecque en garantie à son guichet pour obtenir l'argent à court terme dont elles ont besoin pour fonctionner. L'institution de Francfort a donc décidé de mettre fin à cette dérogation, considérant qu'il n'était "actuellement plus possible de prévoir une conclusion réussie du programme" d'ajustement, dont la Grèce ne veut plus entendre parler. En d'autres termes, la BCE ne veut plus prendre le risque de verser de l'argent aux banques grecques en échange d'une dette mal notée par les agences de notation et qu'Athènes pourrait ne pas rembourser. Des conséquences pour l'instant limitées sur les banques Une décision que Jean-Luc Mélenchon a déjà dénoncée comme un "coup de force". Ce à quoi la BCE répond par la nécessité de respecter ses règles. "Les conditions d'accès à la liquidité de la Banque centrale européenne sont claires. Nous sommes transparents sur nos règles. Si ces conditions ne sont plus réunies, à la BCE d'en tirer les conséquences", a asséné Peter...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • imozen le vendredi 6 fév 2015 à 16:09

    A la France aussi. Bien plus grave pour notre bon président. Vivement qu'il cesse de se promener pour revenir s'occuper des vrais sujets : chômage et finances publiques.

  • miez1804 le vendredi 6 fév 2015 à 12:06

    Il faut arreter de mettre tout ur le dos des banques, que je sache aucune banque a obligé les greques a s'endetter sans vergogne et a vivre au dessus de leurs moyen!

  • noterb1 le vendredi 6 fév 2015 à 11:10

    Draghi digne représentant des banquiers , membre de Goldman Sachs qui a truqué les chiffres de la Grèce pour la faire entrer dans la zone euro entend bien continuer à s'engraisser sur le dos de la Grèce . D'ailleurs le plus marrant c'est que la BCE a aussi truqué le système de vote des gouverneurs de façon à ce que Draghi et autres rigolos restent majoritaires .

  • boyaciya le jeudi 5 fév 2015 à 15:11

    payer des dettes avec d'autres dettes sans l'autorisation de la banque avec un chéquier maison garanti par personne superbe idée et la bce dis non ! enfin il ya des gens qui savent de quoi il sagit

  • Isegoria le jeudi 5 fév 2015 à 14:19

    La BCE est le bras financier de cette dictature qu'est l'UE, donc quoi de plus normal pour une dictature que de taper sur la table... «il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens déjà ratifiés» JC.Juncker. N'oublions pas d’où vient l’idée de l'UE...

  • gauloix le jeudi 5 fév 2015 à 14:07

    je parlais de draghi le cancrelas

  • Pierusan le jeudi 5 fév 2015 à 13:49

    Si on tape du poing sur la table, peut-être (peut-être.....) Tsipras et Cie vont commencer à comprendre qu'il faut se tenir à carreau dans la Cour des Grands (?)

  • ceriz le jeudi 5 fév 2015 à 13:42

    normal ! les grecs ne respectent absolument rien!

  • gauloix le jeudi 5 fév 2015 à 13:34

    vu sa gu.ule c'est pas etonnant