Pourquoi la baisse du chômage ne durera pas

le
5
Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a reculé de plus de 11 000 personnes au mois d'août.
Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a reculé de plus de 11 000 personnes au mois d'août.

Une hirondelle ne fait pas le printemps. Même si une baisse du nombre de chômeurs est toujours bonne à prendre, il y a fort à parier que celle enregistrée au mois d'août ne soit pas durable. Tout simplement parce que la croissance n'est pas au rendez-vous. En dessous de 1,5 % de progression minimum, le secteur privé français n'est en effet pas assez dynamique pour absorber la progression de la population active, notamment parce que la productivité augmente. Mardi, l'Insee a confirmé que la croissance avait été nulle d'avril à juin. Et les indicateurs n'incitent pas à la confiance pour le troisième trimestre. L'Institut a également déploré une baisse de son indicateur de climat des affaires au mois de septembre, pour le quatrième mois consécutif. Une mauvaise nouvelle à rapprocher de celle publiée le même jour par l'institut privé Markit. Son indicateur avancé de la conjoncture économique, fondé sur l'appréciation des chefs d'entreprise de leur activité, est au plus bas, à un niveau incompatible avec une expansion. Cette fois, c'est le secteur des services qui semble boire le plus la tasse, au moment où la contraction de l'activité industrielle ralentit. "La croissance devrait rester au point mort"Pour Jack Kennedy, économiste de Markit, "l'apathie de la demande continue (...) de freiner le secteur privé français, la baisse des tarifs des entreprises ne suffisant pas à enrayer un nouveau recul des nouvelles affaires au cours du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 le mercredi 1 oct 2014 à 12:04

    Une seule mesure serait efficace contre le chômage :- au 2eme emploi proposé----> refus ---> suppression de toute indemnité et ceci quel que soit l'emploi proposé ( correspondant aux diplômes ou non )et le salaire

  • noterb1 le jeudi 25 sept 2014 à 08:31

    tout simplement parce que nous sommes en crise ! et la crise est inversement proportionnelle à l'imposition des riches ! moins les riches paient d'impôts (comme dans les années 1920 ) plus les inégalités augmentent et plus l'économie ralentit . ce n'est pas moi qui le dis ce sont les chiffres .D'accord ce n'est pas ce qu'on vous raconte dans les médias ...qui appartiennent aux riches dans leur grande majorité....

  • udune le jeudi 25 sept 2014 à 08:12

    Le réel problème c'est qu'il n'y a pas assez de création de postes.+ de 5 millions de chômeurs, il n'y a pas 5 millions d'offres d'emploi disponible.Quand on dit le problème c'est la formation, il est vrai que certains ont besoin de formation mais en fait beaucoup sont déjà formés, qualifiés, c'est les offres d'emploi qui n'existent pas.

  • fbordach le jeudi 25 sept 2014 à 07:05

    Parce qu'à la rentrée, ceux qui sortaient du système scolaire seront pris en compte ...

  • dcabon le jeudi 25 sept 2014 à 06:48

    Elle ne durera pas tout simplement parce que les chiffres d'août sont manipulés comme ceux de l'année dernière. Mais il y a une limite aux nombre d'inscrits que l'on peut radier ! Derrière il n'y a pas que des profiteurs ! Même s'ils ne sont pas accompagnés ou contrôlés comme il serait souhaitable.