Pourquoi l'UMP est incapable de jouer son rôle

le
0
Jean-François Copé, président de l'UMP.
Jean-François Copé, président de l'UMP.

France Inter : La semaine qui vient de s'écouler est révélatrice de tous les maux de l'UMP...

Charlotte Chaffanjon : C'est une semaine témoin, qui permet d'établir un état des lieux de l'UMP. Autant le dire tout de suite : l'état n'est pas bon. Commençons par dimanche dernier. À Marseille, le PS offre un curieux spectacle avec le premier tour de sa primaire. Une ministre éliminée qui accuse la gagnante de triche, de corruption et même d'user de pratiques "paramilitaires" : c'est trop beau ! Et pourtant, rien. Aucune critique de l'UMP... Un silence assourdissant. Pourquoi ce silence ? Souvenez-vous, il y a moins d'un an, l'élection du président de l'UMP avait viré au fiasco. À côté, l'affaire de Marseille, c'est une fable pour enfants. Ne serait-ce que parce que le PS a au moins réussi à qualifier deux candidats pour le second tour ! Jean-François Copé et François Fillon s'étaient déchirés pendant des semaines et c'est Jean-François Copé qui avait fini par donner l'explication, en juin 2013. C'est un peu hallucinant. Surtout que Copé avait refusé d'organiser une nouvelle élection. Il est un président fragile, qui n'a aucune légitimité pour donner des leçons de démocratie à qui que ce soit.

Et puis il y a eu, à Brignoles dimanche, la victoire du FN face au candidat de l'UMP...

Le lendemain, lundi, les dirigeants de l'UMP étaient avares de déclarations alors qu'ils adorent passer leur journée sur les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant