Pourquoi l'ouverture iranienne irrite Israël

le
0
Le nouveau président iranien, Hassan Rohani, et le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.
Le nouveau président iranien, Hassan Rohani, et le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

Les diatribes enflammées de Mahmoud Ahmadinejad ont longtemps été le meilleur allié d'Israël pour dénoncer la menace d'un Iran nucléaire. Mais depuis que le président ultra-conservateur a cédé son fauteuil au "modéré" Hassan Rohani, l'intransigeance de l'État hébreu à l'encontre de la République islamique ne paraît plus aussi justifiée. Un constat renforcé par la récente "opération séduction" initiée par le nouveau président iranien en direction de l'Occident.

Ahmadinejad a appelé à rayer Israël des pages du temps ? Rohani souhaite désormais sur Twitter une bonne année aux juifs du monde entier le jour de Roch Hachana. L'ancien trublion de Téhéran a qualifié l'Holocauste de mythe ? Son successeur prend soin de condamner, sur CNN, "les crimes que les nazis ont commis envers les juifs". Netanyahou répète à l'envi que l'Iran viole au quotidien les droits de l'homme ? Hassan Rohani vient d'obtenir la libération de la plus célèbre avocate du pays, Nasrin Sotoudeh, en compagnie de 13 autres prisonniers politiques arrêtés lors du mouvement vert de juin 2009.Vedette new-yorkaise

Cerise sur le gâteau, le "mollah modéré" se paie même la tête de son diabolique prédécesseur, en regrettant publiquement que, "ces dernières années, certaines personnes [aient] malheureusement présenté différemment l'image de l'Iran, son amour pour la culture, sa civilisation pacifique et sa quête de progrès". C'est donc en vedette que le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant