Pourquoi l'échec du super comité américain aura peu d'impact

le
0
DÉCRYPTAGE - Les États-Unis peuvent se donner le temps d'un accord, grâce à l'intérêt que portent les investisseurs au marché obligataire américain. Un phénomène entraîné par la crise en zone euro.

Washington, de notre correspondant

Pour les marchés financiersl'échec de la «super commission» n'est certes pas une surprise. Il s'agit néanmoins d'une mauvaise nouvelle.

L'absence de compromis sur 1200 milliards de dollars de réduction du déficit budgétaire à long terme montre que le traitement crédible de cette question cruciale sera reporté d'au moins un an. Rien de fondamental ne pourra intervenir avant les élections présidentielles et législatives de novembre 2012. Or c'est une période bien longue durant laquelle la perception par les marchés du risque américain peut changer.

L'agence Moody's a rapidement indiqué lundi soir que l'échec de la commission bipartite n'entrainerait pas nécessairement une dégradation de la notation des États-Unis. L'impasse entre les républicains et les démocrates sera néanmoins un des éléments qui sera pris en compte par l'agence dans son éventuelle décision de réduire la note américaine. Sa rivale Standard & Poor'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant