Pourquoi l'assurance vie reste une valeur sûre

le
1

L’assurance vie s’adapte à toutes les étapes de la vie : construire un capital, le valoriser, se constituer des revenus complémentaires puis transmettre dans un cadre fiscal avantageux. D’où son surnom de couteau suisse du patrimoine.

Support unique des contrats monosupports en euros mais également à la carte des contrats mutlisupports, le fonds en euros s’adresse avant tout aux assurés qui ne veulent prendre aucun risque. Il garantit le capital, une bonne liquidité, et dispose d’un effet cliquet qui sécurise tous les ans les intérêts générés par le contrat. D’ailleurs, les épargnants ne s’y trompent pas en y consacrant plus de 80% de leurs versements en assurance vie.

Un rendement qui reste compétitif

Côté rendement, après 2,27% en moyenne en 2015 (3% pour les contrats Trophées d’Or du Revenu), comptez entre 1,5 et 3% en 2016. Cette rémunération, en apparence faible, est toutefois très compétitive en période de taux et d’inflation très bas. Pour mémoire, le rendement du fonds en euros dépend surtout du rendement des emprunts obligataires. Le taux à 10 ans français (OAT 10 ans) se situait ainsi sous 0,4% fin octobre.

Lorsque vous retirez votre épargne, les gains contenus dans le retrait sont alors soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu ou, sur option, à un prélèvement forfaitaire libératoire (35% avant quatre années de détention, 15% entre quatre et huit ans,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 il y a 5 jours

    Ils essaient de rassurer les épargnants français alors que nos techncorates politicards ont bien l'intention de puiser dans le bas de laine des français pour mieux les spolier en cas de prochaine crise financière qui ne saurait tarder; après avoir lier les deux mains ils coupent les deux jambes en leur bloquant leurs avoirs en organisant de façon pernicieuse leur illiquidé par les banques et assurances, tout ceci pour sauver la dette française dont elles sont gorgées à cause de la BCE.