Pourquoi l'Angleterre va gagner l'Euro

le
0
Pourquoi l'Angleterre va gagner l'Euro
Pourquoi l'Angleterre va gagner l'Euro

Tous les deux ans, c'est la même histoire : la belle anglaise arrive avec ses belles courbes, sa belle gueule et repart trop vite. L'histoire de l'Angleterre est comme ça, une constante d'espoirs et de déceptions éternelles. Cet Euro 2016 doit une nouvelle fois être le sien, sauf que, cette fois, il faut vraiment y croire, car le Royaume n'a plus le choix.

Parce que 2016 a décidé de se battre avec la raison et qu'il a gagné

C'est le bordel. Comme un trip qui a déraillé pour ne jamais s'arrêter. Cette saison, l'Angleterre du foot a déjà vu déferler sous ses yeux les pages du rêve éveillé de Leicester, couronné pour la première fois de son histoire, et a vu débarquer des nouvelles têtes devenues ses porteurs d'espoir. Alors cinquante ans après le seul titre accroché au palmarès des Three Lions, il est l'heure de prouver que le Royaume peut imposer sa domination à l'Europe. Oui, c'est paradoxal quand, dans le même temps, une partie de ses citoyens souhaite quitter l'organisation européenne, prouvant une fois encore que les rapports entre l'Angleterre et le reste du continent sont un grand écart perpétuel entre attraction, répulsion et diversion. Depuis la création du championnat d'Europe en 1960, la sélection nationale a bien gratté une troisième place en Italie en 68 et une demi-finale à la maison en 96, mais ce qu'il en reste est bien souvent des regrets. 2016 doit être l'année des excès, d'autant que la "génération dorée" (et maudite) s'est maintenant éteinte. The show must go on.

Parce que le porc est de retour

Cette fois, ce n'est pas des suppositions, mais des affirmations. Dix-huit ans après, il est de retour. Qui ? James Shayler, que l'on préfère appeler "The pig of Marseille". À l'époque, Tony Blair, alors domicilié au 10 Downing Street, avait parlé d'un "déshonneur total". Avec les images, on peut parler d'un saccage en règle. Car le 15 juin 1998, autour d'un Angleterre-Tunisie comptant pour le groupe G de la Coupe du monde organisée en France, Marseille avait été le théâtre d'affrontements orchestrés par 200 à 300 hooligans anglais. Au cœur des bouteilles fracassées sur les crânes, un homme : James Shayler, puni après les faits de deux ans de prison et banni de France pendant un an. Un mec qui avait également été condamné en 1999 pour trafic de cocaïne et en 2008 pour le vol d'un camion contenant des téléviseurs. Interrogé il y a quelques semaines par le Daily Mail, Shayler est attendu pour le Angleterre-Russie de samedi et a déjà prévenu : "Les Russes, ils les détestent (les musulmans, ndlr), non ? L'Angleterre sera avec la…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant