Pourquoi l'aérospatiale russe cumule les échecs

le
0
Leader mondial du lancement des satellites, l'Agence spatiale russe traverse une série noire. Au cours de neuf derniers mois, elle a perdu six satellites dont le coût total serait estimé à 400 millions d'euros.

C'est le premier accident d'un vaisseau cargo russe depuis trente ans. Le vaisseau Progress M-12M, qui devait ravitailler la Station spatiale internationale (ISS), propulsé par la fusée Soyouz, n'a pas réussi à atteindre l'orbite, et s'est écrasé le 24 août dans une région désertique de l'Altaï (sud de la Sibérie Occidentale). Une semaine plus tôt, l'Agence spatiale russe Roskosmos a perdu contact avec le satellite de télécommunications Express AM4, lancé par la fusée Proton. L'Agence spatiale russe (Roskosmos) a perdu contact avec six satellites au cours de ces neuf derniers mois, ce qui représente un coût total de 16 milliards de roubles (400 millions d'euros), selon les estimations.

Un secteur qui a souffert du manque de financement

Ces quelques accidents n'ont rien d'une coïncidence. Une série d'avaries et une multitude de reports de lancement «pour des problèmes techniques» sont symptomatiques des déboires que connaît le secteur de l'aérospatial en Russie.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant