Pourquoi Johnny Hallyday n'aura pas un hommage national, mais «populaire»

le , mis à jour à 14:46
0
Pourquoi Johnny Hallyday n'aura pas un hommage national, mais «populaire»
Pourquoi Johnny Hallyday n'aura pas un hommage national, mais «populaire»

La France va rendre hommage à Johnny Hallyday. Oui, mais comment ? Morte dans la nuit de mardi à mercredi à 74 ans, la star va être honorée samedi lors d'une journée dont les contours se dessinent petit à petit. Après une remontée des Champs-Elysées, le défunt sera amené à l'église de la Madeleine où Emmanuel Macron prendra la parole.LIRE AUSSI> Suivez en direct les réactions de jeudi à la mort de JohnnyNon, il n'y aura pas d'hommage nationalDeux tendances s'étaient faites entendre dans les médias : ceux qui voulaient l'organisation d'un hommage national, et ceux qui pensaient que le chanteur n'aurait pas apprécié l'initiative. Mais dès mercredi, son ancien producteur Jean-Claude Camus, en contact régulier avec Laeticia Hallyday, évoquait juste un « un dernier adieu du public » sur la plus belle avenue du monde.L'hommage national, qui avait les faveurs de la ministre de la Culture Françoise Nyssen, obéit à quelques points précis, mis en place au fil du temps. Organisé aux Invalides ou au Panthéon, il doit être publié au Journal Officiel. Le président rend hommage au défunt, dont le cercueil est orné d'un drapeau bleu-blanc-rouge, par un discours. QUESTION DU JOUR. Selon vous, faut-il rendre un hommage national à Johnny Hallyday ? Vendredi, l'écrivain Jean d'Ormesson aura cet honneur, tout comme Simone Veil en juin. En 2016, François Hollande avait présidé un hommage national aux victimes du terrorisme. Le clan Hallyday n'a pas voulu d'une telle solennité républicaine.«Ça fait 50 ans que, lui, fait un hommage populaire à son public. Donc je trouve ça normal que le public et la France lui fasse un hommage populaire», a souligné jeudi au micro de RTL son ami et compositeur, Pierre Billon. Des obsèques nationales, encore plus formellesSur la forme, les obsèques nationales ressemblent à l'hommage national. Seules différences : elles doivent être annoncées par un décret du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant