Pourquoi je n'irai pas voir « Salafistes »

le
0
Omar Ould Hamaha, chef militaire du Mujao et lieutenant de Belmokhtar, dans le documentaire français de Lemine Ould M. Salem et François Margolin, "Salafistes", sorti en salles mercredi 27 janvier 2016.
Omar Ould Hamaha, chef militaire du Mujao et lieutenant de Belmokhtar, dans le documentaire français de Lemine Ould M. Salem et François Margolin, "Salafistes", sorti en salles mercredi 27 janvier 2016.

Contre le fétichisme de l’image qui s’empare de nos sociétés, il est légitime de refuser de montrer des scènes de violence extrêmes qui seront visionnées par des adolescents en quête de sensations fortes et d’addictions nouvelles, explique la sociologue Nathalie Heinich.

Je n’ai pas vu Salafistes, et je n’irai pas le voir. Parce que je refuse de donner ma caution, fût-ce pour le prix d’une place de cinéma, à un film qui reprend telles quelles des images de propagande islamiste, se faisant ainsi le complice objectif des terroristes dont il prétend montrer la réalité pour mieux les dénoncer.

Parce que je ne comprends pas que des professionnels de l’image puissent avoir la naïveté – ou le cynisme ? – de prétendre s’appuyer sur la « vérité » de ce qu’ils montrent pour justifier d’en faire un film, alors que ce qu’ils montrent est, au moins pour partie, mis en scène par ceux qui se laissent complaisamment filmer de façon à ce que ces images soient des incitations au meurtre.

Parce que je ne comprends pas qu’on puisse être ignorant du monde actuel au point de s’imaginer qu’un film ne sera vu que par des intellectuels éclairés, oubliant la masse des spectateurs sans repères, des adolescents paumés, des imbéciles et des pervers, qui composent aussi notre société. Comment peut-on ne pas savoir que les images de violence extrême visionnées par des adolescents créent une addiction qui les pousse à rechercher des sensations toujours plus fortes dans d’autres images, voire dans le spectacle de tels actes et, pourquoi pas, dans leur réalisation ? Comment ne pas s’interroger lorsqu’on se propose d’alimenter ce vivier immonde, et de contribuer ainsi à en entretenir les effets destructeurs ?

Propagande de Daech Parce que je ne comprends pas que des spéci...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant