Pourquoi Jackson Martínez ne joue pas ?

le
0

Pour l'Atlético Madrid, il vaut 35 millions d'euros. Pour son sélectionneur, il ne mérite que 32 minutes en trois matchs de Copa América. Pourquoi le triple meilleur buteur de Liga Nos et bourreau de Manuel Neuer en C1 est un anonyme en équipe nationale ?

Parce que Pékerman laisse du temps à Radamel Falcao

Jackson Martínez sort d'une excellente saison et, à l'inverse de la Coupe du monde qui ponctuait un exercice 2014 dégueulasse du Colombien avec Porto, il paraît incompréhensible de le voir disputer des fractions de matchs dans une compétition aussi importante que la Copa América. Manuel Neuer doit d'ailleurs faire partie des gens qui cherchent à comprendre. En quarts de finale de la Ligue des champions, le "Cha cha cha" avait provoqué un penalty face au portier allemand, marqué deux buts et presque redonné espoir à son équipe tout seul quand celle-ci prenait l'eau à Munich. Cette année, Martinez est un gars qui fait la diff'. Un grand bonhomme, quoi. À côté de lui, le cru 2015 de Falcao est un vieux vin bouchonné. Le Tigre, ou plutôt le chaton, est en manque de confiance, un paramètre qui a son importance à ce poste. Ça aurait pu être le prétexte idéal pour le laisser sur le banc. C'est finalement celui qui explique pourquoi Pékerman le laisse sur le terrain. Falcao manque de rythme, n'a pas cessé d'être conspué en Angleterre. Pour retrouver son niveau, il a besoin de confiance. Et pour retrouver la confiance, il doit jouer jusqu'à trouver le déclic. Finalement, la question sous-jacente que pose ce pari du sélectionneur colombien est de savoir qui, de Jackson Martínez ou de Falcao, est le meilleur quand les deux sont au top. En essayant de retrouver le vrai Falcao, Pékerman semble avoir sa réponse

Parce que son profil ne colle pas avec le jeu colombien

Au-delà des qualités intrinsèques du joueur se pose la question du style de jeu. Radamel Falcao, Bacca et Gutiérrez sont beaucoup plus portés vers l'avant que Jackson Martínez. Leurs appels sont verticaux (dans le sens du but), alors que le nouveau joueur de l'Atlético Madrid préfère dézoner pour prendre le jeu à son compte et avancer grâce à sa puissance ainsi que ses qualités techniques. Il n'est pas assez explosif ni endurant pour se lancer dans des grandes courses croisées ou désorienter les défenses adverses en multipliant les appels dans la surface. C'est un 9 polyvalent. Évidemment, ses trois concurrents savent aussi jouer au ballon et participer au jeu, mais c'est moins naturel que chez Martinez. Or, cela pose plusieurs problèmes dans le système Pékerman. Le premier, c'est que la tendance à décrocher de Jackson peut gêner James Rodríguez,…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant