Pourquoi il y a trop d'aéroports en France

le
2
L'aéroport de Grenoble, exploité par Keolis et Vinci, est trop proche de celui de Lyon pour être rentable.
L'aéroport de Grenoble, exploité par Keolis et Vinci, est trop proche de celui de Lyon pour être rentable.

Les nouvelles régions françaises vont devoir réaliser des choix entre la centaine d'aéroports offrant des services de transport de passagers en France. Les deux tiers d'entre eux se partagent moins de 5 % de l'activité. Vingt aéroports seraient en trop.

Cette situation économique difficile et déséquilibrée ne concerne pas les dix-sept aéroports millionnaires, ceux qui, en métropole, voient passer plus d'un million de passagers par an (Roissy-CDG, Orly, Nice, Lyon, Marseille, Toulouse, Bâle-Mulhouse, Bordeaux, Nantes, Beauvais, Lille, Montpellier, Ajaccio, Bastia, Strasbourg, Biarritz, Brest). D'après le rapport sur le transport aérien du socialiste Bruno Le Roux, leur contribution économique s'élève à 20 milliards d'euros et ils représentent 149 000 emplois. Après Toulouse, Nice et Lyon pourraient d'ailleurs être prochainement privatisés.

Mais, sans l'aide des collectivités publiques, les vingt-six aéroports qui suivent au classement 2015 de l'Union des aéroports français ne peuvent arriver à l'équilibre avec une activité comprise entre 600 000 et 100 000 passagers par an. Une péréquation de certaines taxes et redevances est d'ailleurs pratiquée. Elle veut que le passager parisien ou niçois paie une partie des frais du voyageur au départ de Lorient ou de Rodez, par exemple. Des lignes dites d'« obligation de service public » sont carrément subventionnées, jusqu'à 100 euros par passager et par voyage,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aperalma il y a 9 mois

    (suite...) Cela me parait l'évidence quand même.....Ai l'impression de vivre à l'époque du bon Hercule Poirot

  • aperalma il y a 9 mois

    Le transport par avion se concevait au XX° siècle, soixante premeières années. Mais au XXI° siècle avec le développement des autoroutes avec ou sans covoiturage, la loi Macron sur le transport par bus et le TGV, la très nette amélioration des correspondances, ceci n'a plus lieu d'être du tout. Donc deux tiers des aéroorts loco-régionaux doivent être fermés et conservés seulement ceux qui desservent de très grandes métropoles avec lignes internationales....Cela paraît l'évidence quand même...