Pourquoi il est si difficile d'imposer aux élus de renoncer à leurs mandats

le
1
Historiquement naturel, le cumul des mandats est de moins en moins toléré par l'opinion publique. Mais l'instauration d'une règle pour le limiter risque de rencontrer une farouche résistance.

Quiconque s'attaque au cumul des mandats est sûr de provoquer une levée de boucliers. Longtemps, le cumul des mandats et des indemnités n'a connu aucune limite. Au début des années 1980, le centriste Jean Lecanuet était en même temps maire de Rouen, président du conseil général de Seine-Maritime, sénateur et député européen.

Mais ce qui paraissait naturel pendant les Trente Glorieuses est devenu sujet de polémiques lorsque le chômage de masse s'est développé. Le statu quo est apparu intenable face à l'intérêt nouveau des médias pour le thème des «privilèges» des élus. Deux lois anticumul - la première en 1985, la deuxième, plus ambitieuse, en 2000 - ont été adoptées par des majorités de gauche.

Il reste que les gouvernements de l'époque ont dû revoir leurs ambitions à la baisse. Partisan d'interdire le cumul d'une fonction exécutive locale et d'un mandat parlementaire, Lionel Jospin, alors premier ministre, a dû y renoncer devant la résistance du Sü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 21 sept 2012 à 14:12

    Hé OUI !...il faut avoir des "Koui-lles" pour réformer les abus de tous ordres !!!...