Pourquoi Florent Balmont est meilleur que Bastian Schweinsteiger

le
0
Pourquoi Florent Balmont est meilleur que Bastian Schweinsteiger
Pourquoi Florent Balmont est meilleur que Bastian Schweinsteiger

Ils sont milieux de terrain et ils incarnaient un peu l'âme de leur club. Mais si Schweini est parti du Bayern, Balmont est lui resté à Lille.

Florent Balmont n'est pas né à Lille. Il vient de la région lyonnaise. Mais il s'apprête à entamer sa huitième saison sous le maillot des Dogues, ce qui en fait le plus beau symbole de cette équipe. Il faut dire que quand il est arrivé, le milieu défensif mettait les pieds dans une équipe un peu à son image : Malicki, Tafforeau, Plestan, Obraniak, Dumont, Fauvergue... Des mecs un peu à l'ancienne, qui n'aiment rien de plus que la belote lors des mises au vert. Autant dire que ce n'est plus vraiment le LOSC d'aujourd'hui. Déjà, lors du doublé en 2011, il y avait une fracture nette entre les vieux de la vieille comme lui et la génération, disons plus joyeuse, incarnée par Mavuba. Mais quatre ans après, Balmont est toujours là, aux côtés de la nouvelle génération, encore plus en décalage, portée par Sofiane Boufal. Dans son rôle de relayeur. Car si son physique pousse toujours ceux qui ne regardent que les résumés de match à se dire qu'il n'est bon qu'à harceler le porteur, celui qui a aussi joué quatre saisons à Nice est un vrai joueur de ballon, qui remonte le terrain et qui fait des passes. C'est Rudi Garcia qui a commencé à le faire jouer un peu plus haut en 2009, alors qu'il disposait déjà de Mavuba et Cabaye.

Hervé Renard, Pep Guardiola, même combat


A la même période Bastian Schweinsteiger faisait le trajet inverse. Le chouchou d'Angela Merkel, milieu offensif depuis cinq grosses saisons au Bayern Munich et en équipe d'Allemagne est repositionné milieu défensif par Louis van Gaal un soir de décembre, alors que les Bavarois doivent absolument s'imposer dans l'enceinte de la Juve pour atteindre les huitièmes de finale. Devant la défense, "Schweini" est associé à Mark Van Bommel. C'est pas très esthétique mais les Allemands s'imposent 4-1 et vont jusqu'en finale de la compétition. Pour Bastian, c'est une renaissance alors qu'il avait pris un sérieux coup depuis l'arrivée de Ribéry à son poste, puis Robben de l'autre côté. Cela faisait deux saisons qu'on ne savait plus quoi en faire, si ce n'est une mascotte. Il se dit même que c'est un peu ce qui avait coûté son poste à Klinsmann. Mais un an après avoir remporté la Coupe du monde, deux ans après avoir gagné la Ligue des champions, Schweinsteiger connaît un peu la même intersaison que Balmont. Lui qui connaissait la maison munichoise sur le bout de doigt a vu toutes ses certitudes changer depuis deux ans avec un coach charismatique, son…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant