Pourquoi faut-il suivre la D2 anglaise ?

le
0
Pourquoi faut-il suivre la D2 anglaise ?
Pourquoi faut-il suivre la D2 anglaise ?

La nouvelle saison de Championship débute et elle n'est pas réservée qu'aux initiés. Championnat marathon avec grand spectacle garanti jusqu'à la fin, clubs mythiques, stades remplis, une foule de têtes connues sur le terrain comme sur les bancs, des entraîneurs vainqueurs de la Ligue des champions, des héros du dernier Euro… Les raisons sont nombreuses de s'y intéresser.

Parce que le format est dingue

Une saison qui débute ce week-end, qui se termine en mai, avec au programme une saison régulière à 46 journées pour 24 équipes en lice, et une phase de play-offs en épilogue qui se termine à Wembley, pour décrocher le troisième et dernier ticket vers le jackpot de la Premier League. La formule du Championship est inchangée depuis un paquet de temps et offre une configuration aussi folle qu'haletante, plus fun qu'un championnat classique à vingt équipes avec seulement des phases aller et retour, plus cohérent et lisible que la Jupiler League belge. C'est un combiné d'épreuves : le marathon de la saison régulière, le sprint des play-offs, avec des matchs quasiment tous les trois jours pendant dix mois. Marche ou crève.

Parce qu'il y a des clubs mythiques

En cumulé, les 24 clubs de Championship comptent 33 titres de champion d'Angleterre, 36 FA Cup et sept coupes européennes. Toute l'histoire du football d'outre-Manche y est : des clubs de la préhistoire comme Preston et Huddersfield, de l'après-Guerre comme Wolverhampton, des sixties et seventies comme Derby County et Leeds ; des clubs qui faisaient partie du paysage de la Premier League comme Aston Villa, des clubs qui collent le frisson comme Sheffield Wednesday, des coups de folie comme Nottingham Forest (un titre national, deux C1 !), sans oublier bien sûr le grand Newcastle, descendu en D2 réapprendre l'humilité et retrouver le plaisir de la gagne. De Newcastle tout au nord à Brighton tout au sud, de Cardiff au pays de Galles aux bouseux d'Ipswich dans le Suffolk, le vrai football britannique se trouve peut-être là, en tout cas bien plus que dans les franchises de Premier League.

Pour l'ambiance au stade

Newcastle toujours : la descente en Championship ne semble pas avoir refroidi les ardeurs du formidable public de St James' Park, bien au contraire. Au moins, en D2, les Magpies peuvent retrouver de l'ambition et seront soutenus par au moins 33 000 abonnés. Le stade de 52 000 places devrait souvent être plein… De quoi rehausser l'affluence…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant