Pourquoi est-il interdit de célébrer un but topless ?

le
0

Le 23 août célèbre le Go Topless Day. Créée par une association de droits des femmes, cette journée pourrait également s'appliquer aux footballeurs hommes, tant leur liberté corporelle se retrouve bafouée sur les terrains. Et oui, depuis plus de dix ans, enlever son maillot est passible d'un carton jaune. Mais pourquoi ?

Pendant de longues années, l'inconscient collectif français a relié une seule image à la notion de célébration d'un but torse nu : celle de David Trezeguet, un soir de juillet 2000, alors qu'il vient d'offrir aux Bleus un Euro quelque peu inespéré d'une demi-volée transformée en but en or. Sourire aux lèvres et côtes saillantes sur le buste, Trezegol montrait deux choses primordiales aux Français. D'abord, une joie irradiante et incontrôlée, terriblement contagieuse, qui fait que l'on finit topless devant des millions de téléspectateurs. Ensuite, qu'il n'est pas nécessaire d'être gaulé comme un Apollon pour être un champion. Une action désinhibée qui a pris ces dernières années du plomb dans l'aile, exception faite de Cristiano Ronaldo, Hulk et Mario Balotelli. " Certains joueurs sont tellement narcissiques qu'ils le font pour arborer leur torse bien bombé. Mais imaginez que ce soit leur deuxième carton ? Ils mettent leur équipe à dix ? ", lance Bruno Derrien, ancien arbitre français de 1991 à 2007 et auteur de l'ouvrage À bas l'arbitre. " Entre nous, je préfère un mec qui enlève son maillot parce qu'il est heureux à un mec qui va balancer un pain à un autre. Mais je trouve que les joueurs qui enlèvent leur maillot alors qu'ils savent que c'est sanctionnable, c'est une faute professionnelle. Ils savent que la règle est ainsi, que les arbitres doivent appliquer cette règle, donc qu'ils gardent leur maillot. "

La faute à Diego Forlán


Sanctionnable d'un carton jaune, donc. Et ce, depuis la mise à jour de l'article 12 des Lois du jeu par le Conseil de l'association internationale de football. Depuis 2004, le texte stipule que " les joueurs sont autorisés à exprimer leur joie lorsqu'un but est marqué, mais sans effusion excessive. Les manifestations de joie raisonnables sont autorisées. Toutefois, les célébrations orchestrées ne doivent pas être encouragées si elles entraînent une perte de temps excessive. Dans ce cas, les arbitres doivent intervenir. Un joueur doit être averti :

  • si, de l'avis de l'arbitre, il fait des gestes provocateurs, moqueurs ou incendiaires ;
  • s'il grimpe sur les grilles entourant le terrain pour célébrer un but qui vient d'être marqué ;
  • s'il enlève son maillot ou s'en couvre la tête ;
  • s'il recouvre sa tête ou son visage d'un…








  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant