Pourquoi est-ce aussi compliqué de faire un stade en Italie ?

le
0
Pourquoi est-ce aussi compliqué de faire un stade en Italie ?
Pourquoi est-ce aussi compliqué de faire un stade en Italie ?

C'est une évidence, l'Italie est en retard concernant la question des stades de propriété. Mis à part la Juventus, Sassuolo, et l'Udinese, aucun club italien ne possède effectivement son propre stade. Pourquoi donc est-ce aussi compliqué d'avoir son stade en Italie ?

"L'Italie a raté le train au début des années 2000. Nous avons une génération de retard par rapport à des pays comme l'Angleterre, l'Allemagne ou l'Espagne". Marco Bellinazzo, auteur du livre Goal Economy, ne mâche pas ses mots lorsqu'il évoque la question des stades en Italie, dans les colonnes d'Il Manifesto. Car si la Serie A redresse doucement la barre sur la scène européenne, les enceintes de la Botte sont toujours un sujet aussi épineux. Pour cause, les projets de nouveaux stades peinent à être menés à bien et l'état général des édifices existants fait froid dans le dos. Désuets, sales, dangereux : la majorité des stades italiens inquiètent, il faut bien le reconnaitre. La vidéo du supporter du Legia Varsovie parvenant aisément à entrer au stadio San Paolo pour taguer à la gloire du club polonais en est sans doute la démonstration parfaite. Comme la marche arrière complète du Milan AC vis-à-vis de son intention de construire une nouvelle enceinte pour quitter San Siro. Ou encore les échanges virils entre le président du Napoli Aurelio De Laurentiis et le maire de Naples Luigi De Magistris. La situation est critique.

Un virage décisif manqué


Marco Bellinazzo abonde, toujours pour il Manifesto : "Si on avait pensé à la question des stades il y a dix ans, nous aurions évité les faillites de clubs qui ont fait l'histoire du football italien, avec des retombées sur le tissu social, sur les tifosi, et sur l'économie des ville impliquées". Les stades de propriété étant effectivement une ressource économique primordiale pour un club aujourd'hui. Marco Bellinazzo, pour qui l'Allemagne a montré la marche à suivre en "investissant 1,5 milliards d'euros pour la modernisation de 12 stades, avec la contribution du gouvernement, des Länder et des communes" lors du Mondial 2006 va même plus loin : "Si on modernisait les stades italiens, qui ont un âge moyen de 70 ans, ou si on en construisait de nouveaux, le secteur de la construction, même dans les zones les plus sous-développées du pays, pourrait se remettre en marche et garantir du travail aux ouvriers et créer de nouveaux emplois dans les stades". Seulement, mis à part la Juventus, Sassuolo et l'Udinese, aucun club italien n'est pour le moment parvenu à emprunter la voie du stade de propriété. D'abord pour une raison légale, puisque jusqu'à décembre 2013 aucune…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant