Pourquoi Dunga snobe-t-il Felipe Anderson ?

le
0
Pourquoi Dunga snobe-t-il Felipe Anderson ?
Pourquoi Dunga snobe-t-il Felipe Anderson ?

Ça devait être la surprise de cette sélection brésilienne, mais finalement, Dunga lui a préféré Robinho, Tardelli ou encore Firmino. Pour les deux amicaux à venir (France et Chili), Felipe Anderson restera à Rome. Pourquoi ?

7-1. Pas facile de commencer de la sorte, mais c'est malheureusement le point de départ de cette histoire. Au lendemain du désastre national, la Fédération brésilienne doit faire un choix. Il faut tout remettre à plat. Repartir de zéro. Et deux solutions s'offrent à elle : l'ultra-libéralisme avec un Joga Bonito poussé à l'extrême ou une politique d'austérité dirigée par une main de fer. Et c'est la seconde solution qui est choisie. Dunga, le Commandant, est intronisé. Le peuple brésilien s'offusque, mais s'il y a bien un reproche qu'on ne peut pas faire à Dunga, c'est qu'il sait mieux que quiconque comment resserrer des boulons. Lui, l'ancien boucher du milieu, l'antéchrist du beau jeu, l'Otto Rehhagel brésilien "époque 2004" déteste la défaite. Lui, c'est la gagne peu importe la manière.
De la bouteille
Car la première question qu'il faut se poser est : le problème vient-il du joueur ou du sélectionneur ? Felipe Anderson, depuis le début de saison, c'est l'homme en forme de la Lazio. À seulement 21 ans, il est impliqué dans 30 % des buts de son équipe. Il met des pions importants comme lors du derby romain. Et il est constamment dangereux. C'est la hype du moment. Les tifosi laziali l'adulent, la presse l'adoube, mais pas Dunga. Le blocage vient donc de ce dernier.

Alors que peut-il bien reprocher à Felipe Anderson ? Déjà son âge. Son très jeune âge. 21 ans seulement. C'est un excellent joueur, mais pas encore confirmé. Une excellente moitié de saison, ce n'est pas suffisant pour le Commandant. Lui, il préfère les vieux de la vieille. Exemple : pour la Coupe du monde 2010, le sélectionneur brésilien part en croisade avec une équipe à 29 ans de moyenne d'âge. Le plus jeune : Ramires 24 ans. Ses coéquipiers frôlent tous la trentaine et l'homme fort de cette Seleção, c'est Gilberto Silva, 34 ans à l'époque. Aujourd'hui, il prend des mecs comme Robinho, Tardelli, enfin vous avez compris...
Joga Mochito et "Petit merdeux"
Autre élément de réponse : la philosophie de jeu de Dunga. Pour le comprendre bien comme il faut, voici ses premiers mots après son intronisation : "Le Brésil a une tradition de football offensif et entraînant. Mais cela fait référence à 1958. Aujourd'hui, c'est quoi le foot offensif ? Empiler des attaquants, comme on le fait chez nous ?...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant