Pourquoi Di Stéfano était plus espagnol qu'argentin ?

le
0
Pourquoi Di Stéfano était plus espagnol qu'argentin ?
Pourquoi Di Stéfano était plus espagnol qu'argentin ?

Unique, immense et inégalable. La carrière d'Alfredo Di Stéfano ne laisse pas planer le doute sur sa capacité à engranger les titres et les distinctions honorifiques. Ce qui interroge, c'est la couleur de sa tunique internationale. Di Stéfano était-il espagnol ou argentin ? Si l'on s'en tient à sa large expérience européenne, la réponse va pour l'Espagne. Et pas qu'un peu.

"Je suis né à Buenos Aires à l'âge de deux ans et demi." Voici une phrase que l'Argentine connaît par cœur et aime remettre au goût du jour. Pourquoi ? Parce qu'elle témoigne de la beauté de ce pays : d'une part, sa capacité de séduction, une caractéristique indissociable du territoire. D'autre part, sa façon de voir les choses. Le lieu où l'on naît est sur l'acte de naissance, c'est un fait. Mais la naissance est-elle pour autant la synthèse d'une vie ? Clairement, non. Cette phrase, ce n'est pas Alfredo Di Stefano qui l'a prononcée, mais Carlos Gardel, aussi connu comme "El Morocho del Abasto" (Le Brun d'Abasto, en VF). Carlos Gardel, né Gardez, est né à Toulouse le 11 décembre 1890. Oui mais voilà : sa jeunesse, Carlos le Français l'a passé dans le quartier d'Abasto de Buenos Aires, et sa légende de chanteur-compositeur de tango, Carlos le Français l'a construite à Buenos Aires. On ne peut pas limiter la nationalité à une simple tranche de vie, il faut prendre la vie dans son ensemble. Carlos Gardel est donc argentin, c'est humainement prouvé. De son côté, Alfredo Di Stéfano connaît une vie sportivement similaire. Ses premiers succès avec l'Argentine et la fameuse Copa América remportée en 1947 font croître sa réputation, comme la naissance d'une belle carrière. Mais les grèves et l'exil en Colombie vont éloigner Di Stéfano de sa terre natale et tendre les relations sur son transfert, comme une adolescence difficile à vivre. Quand Di Stéfano prend conscience de l'opportunité d'aller jouer en Europe, la guerre mondiale est finie depuis un moment. Pourtant, le pays dans lequel le joyau arrive est touché par une guerre entre compatriotes. Face à cela, Di Stéfano va donner du bonheur aux gens et prendre ses responsabilités, comme un adulte.

"Très fier de porter le maillot de l'Espagne"


Pour son premier match face au FC Barcelone, Di Stéfano participe à la gifle 5-0 donnée à son grand rival, et seules dix minutes suffisent à le voir marquer son premier but contre le Barça. Le buteur inscrira un doublé, et donne le sourire à tout le stade de Chamartin. Le face-à-face entre Laszlo Kubala et Alfredo Di Stéfano tourne sans conteste à l'avantage du second. Pour autant, le champion Di Stéfano n'est pas du genre à se pavaner devant son vis-à-vis blaugrana. Loin…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant