Pourquoi Claudio Beauvue est meilleur qu'Harry Kane

le
0
Pourquoi Claudio Beauvue est meilleur qu'Harry Kane
Pourquoi Claudio Beauvue est meilleur qu'Harry Kane

Maîtres dans les airs, les deux buteurs ne doutent de rien au moment de finir les actions. C'est spectaculaire. Mais peut-être encore plus fou pour Claudio Beauvue que pour Harry Kane.

L'histoire est au moins aussi connue que celle de Yacine Bammou, ancien vendeur à la boutique du PSG : Claudio Beauvue ne mesurerait qu'1m74. Une taille qui interpelle n'importe quelle personne qui l'a déjà vu s'élancer dans les airs pour mettre sa tête. Le Guadeloupéen a une détente extraordinaire qui commence à faire peur aux défenseurs censés le marquer, même les plus grands. Le reste de son jeu n'est pas mal non plus avec une belle prise de risques et du spectacle dans la plupart de ses décisions. Et pour que cela se remarque, Beauvue sait aussi être décisif : 3 buts qui donnent la victoire pour sa première saison à l'EAG, puis 21 buts cette saison, dont quasiment tous ceux inscrits en Ligue Europa, où le petit club breton a poussé jusqu'aux 16es de finale, et en Coupe de France, où les Costarmoricains sont encore dans le dernier carré. 21 pions, c'est juste un de moins que toute l'équipe voisine de Nantes en Ligue 1. Autant dire que ça doit tirer la gueule chez les Canaris puisqu'il est passé par le centre de formation du FCN de ses 15 à 18 ans.
De la D2, une saison d'adaptation, et boum !
Si Arsenal a quelques arguments offensifs de plus que l'escouade de Michel Der Zakarian, ça fait tout autant la gueule chez les Gunners quand il s'agit d'évoquer Harry Kane, Canonnier à ses sept ans pour faire à vingt la gloire du voisin honni de Tottenham. Notamment dans le dernier derby où il a renversé le match tout seul avec un doublé. Comme Beauvue, Kane a bouffé de la division inférieure avant d'exploser cette saison : Leyton Orient, Norwich, Leicester et finalement une deuxième saison à Tottenham avec 26 buts en 41 matchs. Comme Beauvue, Kane fait valoir deux atouts : un jeu de tête infaillible et une approche du football totalement décomplexée qui lui permet de faire des enchaînements simples, mais qui font mouche face aux défenses les plus resserrées, comme ce 1er janvier où il a humilié Chelsea presque sans s'en rendre compte. Malgré une tête à jouer dans Mad Men, il est né en 1993. Un avenir radieux s'annonce, avec un intérêt visiblement pressant du Real Madrid et le poste en pointe d'une sélection anglaise où il y a peut-être de quoi s'amuser avec Sterling, Sturridge, Welbeck, Barkley, Oxlade-Chamberlain et Rooney tout autour.
La suite de Pagis et Savidan
Oui, mais voilà, cette incroyable attente, c'est aussi ce qui risque de pousser...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant