Pourquoi Bradley a eu raison de quitter le HAC

le
0
Pourquoi Bradley a eu raison de quitter le HAC
Pourquoi Bradley a eu raison de quitter le HAC

Le HAC se déplace ce soir à Clermont-Ferrand. Pour la première fois depuis novembre 2015, cela se passera sans Bob Bradley, son coach américain parti remettre tout le monde d'accord à Swansea.

Bienvenue en 2016, époque qui a largement laissé dans son rétro celle où l'on aidait les vieilles dames à traverser les passages piétons et où, de fait, être le doyen des clubs français n'offre aucun privilège. Fondé en 1872, Le Havre Athletic Club a pu le vérifier en devenant, l'espace d'un tweet, le paillasson du club de Swansea. Né quarante ans plus tard, le vulgaire 17e de Premier League a jugé bon d'officialiser, il y a onze jours, à 13 h 09, l'arrivée sur son banc de Bob Bradley à la place de Francesco Guidolin, sans se soucier de synchroniser son annonce avec celle d'un club haut-normand. Qu'on ne s'y trompe pas, le HAC n'a pas encaissé la nouvelle comme une réelle trahison, trop conscient que le divin chauve, dont le nom avait entre autres été évoqué ces derniers mois à Los Angeles et à Hull City, n'était pas destiné à habiter le reste de sa vie en Seine-Maritime malgré un attachement à la ville qu'il a répété à France Bleu Haute-Normandie : "Ma femme et moi, nous avons vraiment apprécié la vie au Havre, les balades à pied dans le square Saint-Roch, les dîners dans nos restaurants favoris avec des gens qui sont devenus des amis. Nous ressentons vraiment quelque chose de spécial pour cette ville, nous en avons un peu fait partie." Le HAC a simplement déploré le timing de l'annonce un peu de la même manière qu'il subit les vols réguliers d'un mineur de son centre de formation : en se taisant parce que la vie, c'est aussi parfois baisser les yeux à la récréation quand un plus grand n'a besoin que d'un regard intimidant pour nous voler notre goûter. Alors Bob Bradley a eu raison de partir...

Parce que jouer Arsenal ou Clermont, ce n'est pas la même mayonnaise

Personne n'en veut à Bob Bradley ! Quitter la Ligue 2 pour la Premier League est le genre de promotion à laquelle personne ne peut résister. Il suffit de regarder ce qui lui réserve le calendrier pour se rendre à l'évidence. Tandis que le HAC met ce soir les pieds dans l'enfer du stade Gabriel-Montpied de Clermont-Ferrand, Swansea rendra visite le lendemain à Arsenal. Sûr que les sièges de l'Emirates Stadium sont plus confortables que le banc auvergnat. Même si Bradley vient à Swansea pour maintenir le club en Premier League, il va sans dire qu'il risque de commencer son mandat en observant Alexis Sanchez et Mesut Özil marcher sur…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant