Pourquoi Bollywood investit-il dans le football indien ?

le
0
Pourquoi Bollywood investit-il dans le football indien ?
Pourquoi Bollywood investit-il dans le football indien ?

Reprise de l'Indian Super League ce week-end. Sur les huit franchises, cinq sont partiellement détenues par des vedettes du cinéma. Explications d'un phénomène typiquement indien.

L'Indian Super League revient pour sa troisième saison. Et comme d'habitude, elle draine son lot de paillettes. Pour la cérémonie d'ouverture ce samedi à Guwahati, Alia Bhatt et Varun Dhawan, vedettes de Bollywood, sont les têtes d'affiche d'un spectacle de 30 minutes réunissant plus de 500 danseurs et figurants. L'année dernière, c'est l'actrice star Aishwarya Rai qui avait été invitée à faire le show. Il y a mieux : la présence du cinéma indien dans le foot ne se résume pas qu'à ce cirque gigantesque affiché à chaque premier match de la saison. Sur les huit franchises, cinq sont partiellement détenues par des stars de Bollywood.


Pour comprendre cette présence surprenante, il faut remonter au milieu des années 2000 et s'écarter un peu du foot. À l'époque, aucune discipline n'a un championnat professionnel vraiment viable. Les autorités, locales ou fédérales, n'ont jamais vu le sport comme une priorité. "Les fédérations ont ainsi échoué à les rendre populaires et à améliorer les infrastructures", replace Vinay Raj Kumar Mandaville, directeur de la stratégie pour Sportzlive, une entreprise investissant dans les ligues sportives. Le tournant intervient en 2008, avec la création de l'Indian Premier League (IPL), au cricket, portée par l'industriel Lalit Modi. Huit franchises sont montées et vendues pour 723 millions de dollars. Parmi les acheteurs, les stars de Bollywood Shah Rukh Khan et Preity Zinta. De nombreuses ligues se créent ensuite (hockey, football, badminton, kabaddi, lutte...) avec à chaque fois la même recette : cash, spectacle et grands noms du cinéma ou du cricket pour prendre les parts d'une équipe.

Des acteurs comme des dieux


Et ça marche. Grâce à une spécificité locale. "L'Inde est un marché très très centré sur les célébrités. Une star marche mieux que quiconque pour attirer le public. L'industrie du sport étant assez neuve, il faut faire venir des familles, et pas seulement les fans de la discipline. Et c'est là, l'importance de ces vedettes ", explique Indranil Das Blah, président du Mumbai City FC, où joue Diego Forlán cette saison. Dire que les acteurs et…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant