Pourquoi Bastia ne peut pas viser plus haut

le
0

12e, 10e, 12e : le classement final de Bastia lors des trois dernières années ne montre pas d'évolution. Squattant actuellement la 16e place, le Sporting a, cette saison encore, peu de chances de faire mieux qu'un ventre mou. Voilà pourquoi.

  • Des installations toutes moisies


    Bastia a beau avoir le 15e budget du championnat, il n'en reste pas moins un club de Ligue 1. Or, " les installations ne sont pas dignes de l'élite, témoigne Julian Palmieri. Le centre d'entraînement, c'est une catastrophe." Un constat allègrement confirmé par son partenaire François Modesto : "Pour aller un peu plus haut, il faudrait faire beaucoup plus au niveau des infrastructures. On n'est plus dans les années 1970 ou même 1990. Si on veut s'installer dans le top 10, il faut que les structures suivent et qu'on possède un stade qui attire du monde." Sans exagérer, il est vrai que le stade Armand-Cesari ne fait pas rêver. Pelouse dégueulasse, travaux de rénovation débutés en 1994 et toujours pas achevés… Sans oublier que les terrains d'entraînement ne valent pas mieux. Un miracle que l'infirmerie du Sporting ne soit pas davantage remplie.

    Le cœur de Palmieri
  • Des joueurs qui ne font que passer


    Cinq arrivées, six départs : en chiffres, les mouvements du club corse lors du mercato estival ne paraissent pas particulièrement énormes. Sauf que, comme chaque année, ceux qui ont quitté l'Île de Beauté représentent principalement des joueurs majeurs. Ainsi, Boudebouz, Ongenda, Gillet, Sio et Areola (tous prêtés, sauf le premier cité) ont dit au revoir à leurs partenaires après un court séjour à Bastia. Une habitude qui ne plaît pas vraiment à Palmieri : "Depuis trois ans et notre retour en Ligue 1, on manque de stabilité. Aujourd'hui, seuls trois joueurs ont connu 2012 ici : Yannick Cahuzac, Gilles Cioni et moi. Entre-temps, il y a une trentaine de joueurs qui sont venus et qui sont repartis. Donc forcément, on n'a pas le temps d'apprendre à jouer ensemble, de trouver des automatismes et de créer des liens." Surtout quand on joue sur un champ de patates.

    [A…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant