Pourparlers entre Israël et les Palestiniens : Obama rencontre les négociateurs

le
0
Pourparlers entre Israël et les Palestiniens : Obama rencontre les négociateurs
Pourparlers entre Israël et les Palestiniens : Obama rencontre les négociateurs

Au lendemain de la reprise des pourparlers de paix à Washington, le président des États-Unis Barack Obama a rencontré mardi matin les négociateurs israéliens et palestiniens.

Cet entretien ne figurait pas au programme officiel de la Maison Blanche et aucune information n'a filtré sur son contenu. Lundi, dans un communiqué, le président américain a encouragé les deux parties à négocier de «bonne foi» pour trouver un «compromis raisonnable».

La reprise du processus de paix gelé depuis trois ans a commencé lundi soir autour d'un dîner de rupture du jeûne du ramadan en présence de l'artisan de ces négociations, John Kerry, le secrétaire d'État américain. Ce dernier a qualifié ce moment de «très très particulier». Selon l'administration américaine, les discussions devraient durer neuf mois même si personne ne parle de «date-butoir». Un point presse a eu lieu mardi à l'issue d'un premier échange. John Kerry a assuré que «les parties sont tombées d'accord pour que toutes les questions du statut final, toutes les questions fondamentales et toutes les autres soient toutes sur la table des négociations».

Rendez-vous dans deux semaines au Proche-Orient

La prochaine réunion va se dérouler dans deux semaines, au Proche-Orient.

Lundi Tzipi Livni, la ministre de la justice israélienne et la chef de sa délégation, avait souligné «l'atmosphère positive» de ces débuts de pourparlers. Elle avait néanmoins reconnu la division qui règne au sein du gouvernement de l'État hébreu. Selon elle, «il y a des ministres qui ne veulent pas arriver à un accord et entendre parler de l'idée de deux États, d'autres ministres qui sont indifférents mais espèrent qu'il n'en sortira rien et d'autres membres du gouvernement qui veulent parvenir à la fin du conflit».

La ministre cible l'aile dure du Likoud (droite) et ses alliés nationalistes qu'elle dit opposés à tout accord de paix. «Foyer juif», un parti pro-colonies ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant