Pour vous loger à Londres, devenez gardien d'une maison vide

le
0

Une société londonienne recrute des personnes pour garder de belles habitations inoccupées. La capitale britannique comporterait environ 60.000 propriétés vides.

Ce constat ne date pas d'hier: le marché du logement résidentiel londonien est très rude, surtout pour ceux qui ont peu de moyens. Des loyers exorbitants, des prix qui ont encore crû de 13% en 2014, mais qui semblent cependant se stabiliser, voire s'orienter à la baisse dans certains quartiers, écrivait Le Figaro il y a quelques semaines. Pourtant, la ville a aussi un autre visage: celui de ses 60.000 propriétés vides.

Ces maisons vides donnent des idées à Londres... Une nouvelle classe de locataires fait peu à peu son apparition, se faisant appeler «gardiens de propriétés». Leur rôle: investir les maisons vides - pour une durée variable - et s'en occuper, pour éviter qu'elles ne soient squattées. Et ce rôle est accepté à la fois par les promoteurs immobiliers, les autorités locales, et les associations de logements.

«Les propriétés demeurent en bon état, et la crise du logement est un peu atténuée», explique Katharine Hibbert, qui a créé en 2011 Dot Dot Dot, une société qui recrute des gardiens de propriétés. À ce jour, la société dispose de 200 gardiens occupant des bâtiments sur la base d'une licence à court terme... et une liste d'attente de demandeurs longue comme le bras, écrit le quotidien britannique The Telegraph.

Un accord avec les propriétaires

Qui vit à Bishops Avenue, l'une des artères les plus chères de Londres? Pas grand monde... C'est la conclusion d'une enquête du quotidien britannique The Guardian qui a récemment découvert que le tiers des demeures de cette avenue huppée était vide. Soit l'équivalent de 120 chambres! Et parmi ces maisons inoccupées, 16 seraient en état de délabrement avancé. D'autres sont inhabitées depuis 25 ans. L'exemple de cette avenue chic est significatif.

Le gardiennage de propriété est aussi une aubaine pour les propriétaires des maisons, qui la plupart du temps ignorent l'existence d'un tel service. «Le marché fonctionne comme une agence de sécurité de la propriété, explique Katharine Hibbert. Les propriétaire se rendent compte que par ce biais, ils économisent de lourds frais de sécurité pour leur maison: équipements, systèmes d'alarmes...» Dot Dot Dot propose donc des gardiens fiables, et s'engage à visiter chaque bien gardé toutes les deux semaines.

Pour se loger, les gardiens paient à Dot Dot Dot une somme qui va de 35 livres à 75 livres (50 à 100 euros) par semaine. Dernière condition: l'agence ne recrute que des gardiens engagés dans une activité de bénévolat à hauteur de 16 heures, au moins, par mois. «L'année dernière, nos gardiens ont fait 20.000 heures de bénévolat, et ce sera beaucoup plus cette année», conclut Katharine Hibbert.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant