« Pour vous, c'est à gauche »

le
1
« Pour vous, c'est à gauche »
« Pour vous, c'est à gauche »

Il est 11 h 26 ce dimanche lorsque je franchis le seuil de la mairie du IIIe arrondissement. Même si je la connais bien pour y accomplir régulièrement mon devoir de citoyen, je ne peux m'empêcher de jeter un oeil à son fronton. Par ces temps d'intempéries, on ne sait jamais. Les trois mots sont bien là : Liberté, Egalité, Fraternité. En piste. Je viens tester le premier tour de la primaire de la droite et du centre.

Une flèche m'indique la marche à suivre. Sans surprise, c'est à droite que ça se passe. Au fond du couloir. Sauf qu'il est bondé. La file d'attente arrache des exclamations dépitées à un couple qui me suit avec deux enfants et une poussette. Un dandy chapeauté, très « hipster », tel qu'on nomme ces jeunes gens aux barbes parfaitement taillées, marque à son tour un temps d'arrêt, soupire et se résigne à prendre sa place dans la queue. Une dame m'emboîte le pas. La cinquantaine élégante, elle a l'air profondément contrariée par l'affluence. « C'est n'importe quoi, maugrée-t-elle. Tout le monde sait qu'un million de gens de gauche vont venir fausser les résultats en repoussant Sarkozy. Il faut revenir à l'ancien système. » Je me demande si elle ne vient pas de me dire, hors du secret des urnes, quel est son champion. Je lui propose de lui céder ma place. Elle s'engouffre dans l'interstice.

Une voix s'élève et court par-dessus les têtes. « Ceux qui n'ont pas de monnaie (NDLR : les 2 € requis), pouvez-vous aller en faire ? Nous n'avons plus de quoi rendre le change. » Quelques silhouettes s'échappent, vaguement gênées. Derrière moi, des reproches fusent. « Quoi ? Tu n'as pas pris de monnaie ? » s'exclame une femme à l'intention de son mari penaud. Le principe d'équité reprend ses droits lorsqu'une autre se voit refoulée à l'entrée de la salle de vote. « Je croyais pourtant avoir mon passeport », se désole-t-elle. C'est son époux cette fois, un monsieur en loden, qui l'engueule. « Va le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 2 semaines

    Il ne peut pas y avoir d'avancée sociale sans production de richesses , Il n'y a pas d'égalité sociale quand plus de 5 millions de personnes , statuts spéciaux , fonctionnaires et assimilés vivent sur le dos des salariés et des entreprises. Départ en retraite plus tôt , Meilleurs calcul de la retraite , absence au travail double du privé , temps de travail inférieur au privé .