Pour vivre vieux, épousez une femme intelligente !

le
0
Pour vivre vieux, épousez une femme intelligente !
Pour vivre vieux, épousez une femme intelligente !

Alors, certes, elle est jolie, la bimbo qui partage votre vie, mais, messieurs, attention, sachez que sa conversation qui survole à peine la table basse du salon nuit gravement à votre santé. C'est en effet ce que révèle une étude de l'université d'Aberdeen, en Ecosse, qui s'est intéressée à l'impact de la relation maritale des hommes sur l'évolution de leur état neuropsychiatrique avec l'âge.

Et les résultats sont formels : les hommes mariés à des femmes intelligentes mènent non seulement une vie plus longue et plus heureuse, mais présentent également moins de chances de développer la maladie d'Alzheimer et d'autres démences pathologiques. Rien que ça !

De quoi vous inciter, mesdames (malgré moult protestations de votre époux), à poursuivre le débat que vous avez lancé sur l'influence des principes fondateurs de la Troisième République dans la France d'aujourd'hui ou sur celle de Jean-Paul Sartre sur les sociologues qualitativistes comme Erving Goffman... Il a l'air de s'ennuyer ? Non, il gagne en espérance de vie sans le savoir. Vous ne faites que lui éviter de sombrer dans la déchéance mentale et la sénilité grâce à votre conversation qui requiert un effort intellectuel et stimule donc son cerveau. Bref, vous lui faites faire une gymnastique de l'esprit préventive et salutaire.

D'autres études scientifiques avaient déjà démontré à ce sujet les bénéfices des mots croisés, de la lecture et des visites dans les musées. Le professeur Lawrence Whalley, directeur de l'étude, a déclaré au cours d'une intervention à Oxford présentant ses travaux : « La chose que l'on ne dit jamais à un garçon qui veut mener une longue existence — alors qu'on le devrait —, c'est d'épouser une femme intelligente. [...] Il n'y a pas de meilleur rempart contre la dégradation que l'intelligence. »

Les chercheurs mettent aussi en avant d'autres facteurs jouant un rôle crucial dans l'apparition de démences, comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant