Pour Valls, il est «hors de question» de changer de politique économique

le
20
Pour Valls, il est «hors de question» de changer de politique économique
Pour Valls, il est «hors de question» de changer de politique économique

Alors que plus de huit Français sur dix ne font pas confiance au gouvernement pour améliorer la situation économique, Manuel Valls avertit qu'il est «hors de question» de changer de politique, dimanche, dans une interview publiée par le JDD. Le Premier ministre juge «irresponsables» ses détracteurs à gauche, partisans d'un nouveau cap.

Depuis plusieurs mois, la politique économique du gouvernement est vivement critiquée au sein de la gauche, en particulier par les «frondeurs» du PS. Samedi encore, la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann avait averti sur Europe 1 que François Hollande n'allait «pas pouvoir durablement tenir avec la seule stratégie et le seul soutien du Medef». Une pique qui coïncidait avec la diffusion d'un communiqué de Matignon annonçant que Manuel Valls participera à l'université du Medef, le 27 août, à Jouy-en-Josas (Yvelines).

«Sang-froid», «combativité», «sans faiblesse»...

A cette occasion, le Premier ministre sera probablement amené à évoquer l'avenir du pacte de responsabilité, l'un des symboles forts de sa politique qu'il ne compte pas mettre en sommeil. «Le pacte de responsabilité et de solidarité, qui engage 40 milliards d'euros en faveur des entreprises, et 50 milliards (d'économies) que nous allons réaliser dans les trois ans qui viennent», «tout cela doit se mettre en place pour que la France soit plus forte», avait-il affirmé vendredi soir sur France 2.

«Le cap doit rester le même, il ne s'agit pas de zigzaguer, mais d'avoir du sang-froid», avait-il dit. Au cours d'un déjeuner vendredi, Manuel Valls et François Hollande avaient «considéré qu'il fallait regarder (les) chiffres (de la croissance et du chômage, ndlr) avec lucidité et affronter la situation avec combativité».

De son côté, le ministre des Finances, Michel Sapin, avait affirmé jeudi qu'il tiendrait «sans faiblesse» sa promesse de réaliser les 50 milliards d'euros d'économies «pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 le lundi 18 aout 2014 à 09:07

    + créations de droits divers aux futures minorités et appel d'air à l'afrique !

  • lorant21 le lundi 18 aout 2014 à 09:04

    mais quelle est la politique réelle du goucernement? des impots, des charges, des lois stupides (Duflot, pénibilité, ..). Du déficit et de la dette.

  • fbordach le lundi 18 aout 2014 à 02:28

    Bienvenue au kolkhoze! Ah bon, il a une politique économique? A part bastonner les entrepreneurs et les classes moyennes je ne vois rien qui couvre ce vocable!

  • dsta le dimanche 17 aout 2014 à 21:41

    Mais attendez, de quelle politique économique parle t-il ? De quoi s'agit-il ?Quels sont les effort a accomplir ? Quel est le sens ? Quels sont les objectifs Quels sont les délais ? Quels sont les études d'impacts ? Concrètement, ces petits gars là, ont ils déjà travaillé ???

  • ref1929 le dimanche 17 aout 2014 à 17:32

    Ne rien changer lorsqu'il n'y a deja rien, ca ne devrait pas faire grand chose...

  • gyere le dimanche 17 aout 2014 à 17:30

    le Pedalo FRANCE coule à pique sur ordre de son capitaine!!

  • slivo le dimanche 17 aout 2014 à 17:16

    Parce qu'il pense que l'iceberg va se retirer de son chemin. Il devrait aller voir "Titanic".

  • M362321 le dimanche 17 aout 2014 à 15:31

    Il a raison : aucune croissance et le chômage augmente. Il ne faut effectivement, absolument rien changer !!!!!

  • M9095115 le dimanche 17 aout 2014 à 15:00

    Ben oui il ne faut pas changer une politique qui perd!Tout est au rouge il ne faut rien changer.

  • sarestal le dimanche 17 aout 2014 à 14:16

    ils ont passé le cap..... des 2000 milliards ! BRAVO !!!ht tp://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/09/27/20002-20130927ARTFIG00292-suivez-en-direct-l-evolution-de-la-dette-de-la-france.php