Pour un 3 pièces neuf, Saint-Tropez est plus chère que Paris

le , mis à jour le
0

INFOGRAPHIE - Selon une étude récente, c’est à Saint-Tropez que les 3 pièces neufs se vendent le plus cher en France. Globalement, les prix ont baissé de 0,6 % à travers le pays mais certaines villes affichent des hausses dépassant 25 % quand d’autres perdent plus de 20 %.

A en croire le baromètre du site portail Trouver-un-logement-neuf.com, les prix pour un trois pièces neuf en France seraient restés quasiment à l’équilibre au cours des six derniers mois. Le tarif moyen est ainsi passé de 246.737 euros à 245.435 euros. En fait, le site qui recense plusieurs milliers de programmes de logements neufs dans plus de 300 villes enregistre de fortes disparités d’un endroit à l’autre.

Étonnamment, la capitale affiche une baisse de plus de 11 % du prix médian, passant de 690.000 euros à 615.418 euros. A ces altitudes-là, Paris est dépassée par Saint-Tropez, ville la plus chère de France avec un ticket supérieur à 820.000 euros, en croissance de 16,7 %. Mais si la Côte d’Azur accueille le champion tropézien et l’une des plus fortes hausses françaises (+25,4 %) à Roquebrune-Cap-Martin, le marché y fait plutôt grise mine. C’est là que l’on enregistre cinq des plus fortes baisses recensées par le site: notamment à Cannes (-19,6 %) Cogolin (-20,9 %) et Sanary-sur-Mer (-16,7 %).

L’ouest plutôt que la Méditerranée

Décidément, la Méditerranée ne semble pas avoir tant que cela la cote dans le logement neuf puisque plus loin vers l’est à Agde (Hérault), les prix, déjà parmi les plus faibles (145.500 euros), cèdent encore 16,8 %. Par contraste, c’est la façade Atlantique qui regroupe la plupart des hausses. A La Baule-Escoublac, l’envolée est de 39,2 % à plus de 339.000 euros, talonnée par Pornichet (+21,6 %) à près de 304.000 euros. Il est vrai que la nature des programmes disponibles sur le marché peut changer fortement d’une période à l’autre, expliquant en partie ces fortes variations, sans commune mesure avec celles observées dans l’ancien.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant