Pour son deuxième meeting, Sarkozy joue la proximité avec les militants

le
1
Pour son deuxième meeting, Sarkozy joue la proximité avec les militants
Pour son deuxième meeting, Sarkozy joue la proximité avec les militants

Comme aux plus belles heures de la campagne de 2012, Nicolas Sarkozy a traversé une foule de militants chauffés à blanc pour parvenir jusqu'à la scène. Ovationné. Agrippé par des dizaines de mains tendues. «Nicolas! Nicolas! Nicolas!», scande le public. Mais, assure l'ancien président de la République, le deuxième meeting de sa campagne pour la présidence de l'UMP, organisé ce jeudi soir dans le fief de François Baroin, ne ressemble en rien aux précédents.

«Ce soir, nous allons essayer ensemble de faire quelque chose qui ne s'est jamais fait et qui manque profondément à la politique française», promet Nicolas Sarkozy en ouvrant la réunion publique de Saint-Julien-les-Villas (Aube). «On va échanger». Soit, près de deux heures de questions-réponses avec les militants. Un concept qui ressemble furieusement à la démocratie participative prônée par Ségolène Royal en 2007.

L'ancien président de la République, qui a dévoilé ce jeudi une série de propositions fortes dans le «Figaro magazine», s'engage à parler avec son «coeur», veut un exercice «transparent». «Allez-y franchement, simplement. Et ne soyez pas étonné si je vous réponds avec la même franchise et la même sincérité», lance-t-il à son public.

>>QUESTION DU JOUR. Approuvez-vous le CDD de 5 ans dans la fonction publique proposé par Nicolas Sarkozy ?

Son épouse Carla a pris place dans le gymnase. L'occasion d'une confidence : «La dernière fois que je suis venu à Troyes, c'était pas comme président de la République, mais pour porter la guitare de ma femme», rappelle le candidat tout sourire.

«Demandez à Carla...»

Simplicité, dialogue et proximité, donc. Mais Nicolas Sarkozy, confie-t-il lui même, «aime les discours» et le «combat politique». Dans son propos liminaire, le voilà qui renoue avec le ton des campagnes électorales. Il étrille la politique conduite par son successeur : «Depuis deux ans et demi, la seule ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Garasixt le jeudi 2 oct 2014 à 23:53

    Qui paie? La même chose pour les autres candidats?