Pour sauver ses phares l'Italie va les mettre en location

le
0

Face à la dégradation de son patrimoine immobilier, l’État italien va tester la mise en location de 11 de ses 150 phares, la plupart dans le sud du pays. Dès 2016, ils pourront accueillir des touristes.

En Italie comme ailleurs, l’Etat commence à avoir du mal à entretenir certains éléments de son patrimoine. C’est notamment le cas des 150 phares que le pays détient tout au long de ses côtes. Plutôt que de vendre ces constructions, l’Italie va commencer par en louer quelques-uns qui seront confiés à des opérateurs privés. «Onze phares sont pour le moment concernés par le projet», a signalé l’agence des Domaines, en charge du patrimoine immobilier de l’Etat. Mais Roberto Reggi, son directeur, a annoncé qu’une «quarantaine» d’autres phares seraient susceptibles d’être concernés.

Sous peu, des touristes pourront donc dormir en haut d’un phare avec vue imprenable sur la mer dans des sites aussi idylliques que l’Ile de Giglio en Toscane, Syracuse en Sicile, sans oublier Ischia en Campanie ou les îles Tremiti dans les Pouilles. Des phares qui se situent globalement dans le sud du pays, qui sont inhabités pour la plupart, souvent dégradés et encore fonctionnels pour certains d’entre eux. D’ailleurs, le fait d’être transformés en hôtels, n’empêchera pas les bâtiments concernés de continuer à accomplir leur mission d’éclairage pour les marins.

700.000 à 800.000 euros de recettes par an

Les autorités italiennes expliquent qu’elles choisiront l’an prochain des opérateurs privés qui s’occuperont de louer ces phares dont la propriété restera publique. Une opération qui devrait rapporter 700.000 à 800.000 euros par an de recettes publiques tout en permettant de sauver ce pan du patrimoine architectural du pays. Les voisins européens se sont souvent déjà lancés dans cette aventure puisque la France, la Croatie et l’Espagne ont déjà transformé quelques-uns de leurs phares en hôtels.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant