Pour sa présidente, la Hadopi est au bord de l'«asphyxie budgétaire»

le
1
Pour sa présidente, la Hadopi est au bord de l'«asphyxie budgétaire»
Pour sa présidente, la Hadopi est au bord de l'«asphyxie budgétaire»

Cinq ans après sa création sous Nicolas Sarkozy, la Hadopi survit, tant bien que mal. Menacée de disparition l'an dernier par le gouvernement, l'autorité anti-piratage sur internet risque aujourd'hui une «asphyxie budgétaire», si l'on en croit sa présidente, Marie-Françoise Marais.

Au cours d'une conférence de presse tenue ce mardi, elle s'est dite «révoltée par le traitement réservé à la Hadopi». En trois ans, le gouvernement a divisé par deux sa dotation publique. De 12 millions d'euros en 2011, celle-ci a été ramenée à 6 millions (dont 5,5 millions effectivement versés) en 2014. Pour 2015, le gouvernement a décidé de maintenir ce niveau. 

De son côté, Marie-François Marais réclame 7,5 millions d'euros. Selon elle, la somme allouée par le gouvernement obligerait la Hadopi à faire «moins et moins bien». Car même si elle dispose d'une trésorerie de 3,1 millions d'euros, la Haute autorité emploie 60 personnes avec une masse salariale de 4,7 millions d'euros en 2015. La Hadopi doit également composer avec des pouvoirs amoindris depuis l'année dernière puisque le gouvernement a supprimé son arme ultime contre les pirates : la coupure internet. Une arme que les socialistes jugeaient excessive, voire liberticide.

3,7 millions d'avertissements, 19 condamnations

L'efficacité de la Haute autorité et de sa «réponse graduée» est également remise en question. Depuis sa création, la Hadopi a envoyé 3,7 millions de courriels d'avertissement aux internautes qui téléchargent illégalement, suivis de 300 000 courriers recommandés en guise de deuxième avertissement. Au final, 159 dossiers ont été transmis au procureur de la République et ceux-ci ont débouché sur seulement 19 condamnations. Un bilan bien maigre, mais Marie-Françoise Marais préfère voir le verre à moitié plein. Pour elle, ces chiffres prouvent surtout l'efficacité «pédagogique» de son action. 

La Hadopi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 28 oct 2014 à 17:19

    On ferme cette boutique inutile, on vire les fonctionnaires , autant de VRAIS gains, net des organismes à la c.. comme Hadopi y en a des milliers......