Pour sa première, Zidane s'offre une manita

le
0
Pour sa première, Zidane s'offre une manita
Pour sa première, Zidane s'offre une manita

Pour la première de Zidane à sa tête, le Real Madrid a rappelé à ses aficionados que leur équipe pouvait s'imposer sans souffrir. Avec une manita en poche, estampillée Benzema et Bale, son Real a même montré un visage encourageant, même si tout reste à construire.

Real Madrid 5-0 Deportivo La Corogne

Buts : Benzema (15e et 90e) et Bale (22e, 49e et 63e) pour le Real Madrid

Un scénariste hollywoodien n'aurait pu écrire meilleur prologue. Pour sûr, à défaut d'être surprenant, le nom du premier buteur de l'ère Zinédine Zidane entraîneur renvoie à l'un de ses compatriotes. Karim Benzema, pointe opportuniste, décante la situation face au Deportivo La Corogne d'un geste tout en touché. Une talonnade, également synonyme de sa centième banderille en Liga, qui s'ensuit un succès aussi important qu'historique. Le grand bonhomme des trois premiers points du Marseillais vient pourtant d'au-delà la Manche. Gareth Bale s'est chargé d'inscrire une différence abyssale au tableau d'affichage, et de mésestimer les rumeurs qui le décrivaient comme affecté par le licenciement de Rafa Benítez. D'un triplé, il offre un succès 5-0 pour le baptême du feu de ce Real Madrid made in Castellane. Toujours au contact du duo de tête formé par les ennemis héréditaires Colchoneros et Blaugrana, les Madridistas espèrent bien continuer à s'offrir une nouvelle sérénité en cette année. Du côté galicien, après avoir grappillé deux nuls face à ce même duo de leaders, le retour à la réalité est délicat mais n'efface une première partie de saison inespéré.

Carvajal-Bale, la droite forte


Depuis une sortie en cours de jeu face à Villarreal en mai 2006, le Santiago Bernabéu espère cet instant. Près de dix ans plus tard, il devient réalité. Crampons rangés, shorts pliés, c'est en costard cintré mais avec un crâne toujours aussi luisant que Zinédine Zidane fait son apparition sous la guérite madridista. Plus qu'une clameur, un frisson traverse l'antre du Madridismo. L'audience, comble, vit pourtant un début de rencontre troublé par Lucas Pérez, pointe galicienne qui met à l'épreuve Keylor Navas. Incapable de prendre place sur son siège, le double Z s'agite et harangue ses poulains. Une attitude qui se retranscrit par des offensives plus tranchantes. Et un brin de chance lorsque Benzema reprend d'une talonnade une reprise foirée de Sergio Ramos. L'avantage en poche, les…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant