Pour sa nouvelle direction, «La Redoute doit réinventer son modèle économique»

le
0
Pour sa nouvelle direction, «La Redoute doit réinventer son modèle économique»
Pour sa nouvelle direction, «La Redoute doit réinventer son modèle économique»

«Vous avez racheté la Redoute au groupe Kering (ex-Pinault-Printemps-la Redoute). Dans quelle situation est la société après des mois de négociations difficiles ?

ÉRIC COURTEILLE. L'organisation a besoin de se rassembler, le temps est à l'apaisement et au retour du dialogue. Sur le plan financier, nous reprenons une entreprise sans aucune dette. Les modalités de reprise prévoient une recapitalisation par Kering à hauteur de 315 millions d'euros pour financer notre plan stratégique et 180 millions pour accompagner les mesures sociales.

Combien de salariés l'entreprise comptera-t-elle une fois les départs actés ?

E.C. Les départs vont être échelonnés sur les quatre années qui viennent et seront, en très grande majorité, soit des départs volontaires, soit des départs en préretraite. La Redoute comptera environ 2?200 salariés contre 3?400 et notre filiale, le livreur Relais Colis, passera de 600 salariés à un peu moins de 430 demain.

Quelle est l'histoire de la Redoute ?

NATHALIE BALLA. La Redoute est née en 1872 dans le Nord, c'est une entreprise qui a toujours su innover et se réorienter. A ses débuts, c'était une filature et face à l'importance des stocks, elle est très vite devenue une entreprise de mode avant d'élargir son offre à la décoration pour la maison. La Redoute a inventé la vente par correspondance, par courrier à ses débuts, puis par téléphone et aujourd'hui via le mail ou le mobile. Elle a toujours été le leader incontesté de la vente par correspondance et, aujourd'hui, son site attire plus de 7 millions de visiteurs uniques par mois. Il ne faut pas oublier que la Redoute a joué un vrai rôle dans la libération des femmes. En effet, en lançant la carte Kangourou en 1969, elle leur a permis de gérer leur pouvoir d'achat sans en référer à leur mari? !

Y a-t-il un profit type de votre client ?

N.B. Sans surprise, sur notre base clients de plus de 10 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant